Le Groenland rêve d’uranium et de terres rares

Le 14 septembre 2010 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

 

 

Le gouvernement groenlandais vient d’amender son Mineral Resource Act, vieux d’à peine quelques mois. Au terme de la nouvelle réglementation, il est désormais possible de réaliser des études de faisabilité pour l’exploitation de minerais radioactifs. Si elles s’avèrent encourageantes, le gouvernement de Nuuk accordera au cas par cas des autorisations d’exploiter.

 

Cette abrogation de l’ancienne loi danoise tombe à pic pour Greenland Minerals and Energy (GME). La compagnie australienne entend bien exploiter les gisements de terres rares, d’uranium et de zinc qu’elle prospecte sur le site de Kvanefjeld (sud de l’île). Avec ce changement opportun de législation, GME va approfondir ses études dans les mois qui viennent et envisage de démarrer l’exploitation dès 2015. En régime de croisière, la future mine pourrait produire, chaque année, 3.900 tonnes d’oxyde d’uranium et 44.000 tonnes de terres rares (soit près du tiers de la production mondiale actuelle).



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus