Le Grenelle s’enlise et s’essouffle

Le 27 mars 2008 par Claire Avignon
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
A quelques jours de la présentation du projet de loi sur le Grenelle par le ministère chargé de l’environnement (Meeddat), les principaux représentants des groupes de travail du Grenelle qui se sont réunis d’août à octobre pour proposer une série de mesures destinées à verdir la France ont publié un «point de vue» dans le Monde.

Collectivités territoriales, employeurs, ONG et syndicats –mais non, absence remarquée, la Fédération nationale des syndicats d'exploitants agricoles (FNSEA)-, appellent à mettre en œuvre «résolument» les 268 mesures qu’ils ont adoptées fin octobre, estimant que «si ce signal pour une profonde mutation n'est pas envoyé vite, force sera alors de constater que nous aurons consenti à perpétuer les erreurs du passé, avec des conséquences économiques et sociales désastreuses».

Cette tribune a été écrite après constatation d’«un sentiment d’enlisement et d’essoufflement de la dynamique». Les auteurs en appellent au Parlement pour «encourager» et «renforcer» le «mouvement vers l’absolue nécessité du changement de société que le Grenelle de l’environnement préconise». Vœu pieux des signataires? Quoi qu’il en soit, si certains députés et sénateurs ont participé au Grenelle, dont le président de l’Association des maires de France Jacques Pélissard (UMP) et le président du comité de préfiguration sur les OGM Jean-François Le Grand (UMP), nombre d’entre eux se sont montrés réservés vis-à-vis du processus de décision -dans lequel ils étaient peu représentés-, et des mesures elles-mêmes. Comme les sénateurs l’ont déjà fait avec le projet de loi sur les OGM, ils pourraient être tentés de modifier sérieusement le projet de loi que leur présentera le ministre chargé de l’environnement.

Selon Jean-Louis Borloo, ce qui explique cette tribune, c'est une grande inquiétude concernant l’influence des lobbies sur les parlementaires: les auteurs redoutent «que certains groupes puissent essayer de récupérer d'une main ce qu'ils ont donné de l'autre lors du Grenelle. Je ne le crois pas, mais il faut rester vigilant», a-t-il expliqué, ajoutant que lui-même «partageait (ces) inquiétudes jusqu'à la fin des débats».

Un comité de suivi du Grenelle a lieu ce jeudi. Il rassemble l’équipe ministérielle du Meeddat et les représentants des groupes de travail des Etats généraux.


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus