Le Grand Paris Express n’entrera pas en gare de sitôt

Le 22 février 2018 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Le Grand Paris Express.
Le Grand Paris Express.
DR

Avec deux mois de retard, le Premier ministre a tranché. Le Grand Paris Express (GPE) ne sera pas mis en service aux échéances prévues.

Titanesque, le projet vise à la construction de 200 kilomètres de lignes de métros automatiques et la réalisation de 68 gares autour de Paris et de 7 technocentres. Les derniers coups de pioche devant être donnés début 2024, pour les Jeux olympiques. Ce ne sera finalement pas le cas. Du moins pas sur tous les tronçons.

Doublement du réseau

Imaginé dans les années 2000, le GPE prévoit la réalisation de 4 nouvelles lignes de métro automatiques (15, 16, 17 et 18) et le prolongement, au nord et au sud, de la ligne 14, la première à avoir été dotée de rames sans conducteur.

Piloté par la Société du Grand Paris, le plus grand chantier de France a vu, avant même d’avoir été ouvert, ses coûts exploser. De 19 milliards d’euros en 2010, le montant de la facture a atteint 22,6 Md€ en 2013, 25,1 Md€ en 2017. La Cour des comptes l’estime désormais à plus de 38 Md€. Du simple au double, en moins de 8 ans!

134 Md€ en 66 ans

Le financement du projet provient de l’affectation d’une fraction de la taxe sur les surfaces commerciales à usage de bureaux, de locaux commerciaux, de locaux de stockage et de stationnement en Ile-de-France (TSBCS), de la taxe spéciale d’équipement additionnelle pour le Grand Paris (TSE), de l’imposition forfaitaire sur les entreprises de réseau (Ifer) et d’un recours massif à l’emprunt. Selon les calculs des magistrats de la rue Cambon, le montant des frais à payer par la SGP s’élèverait à près de 134 Md€. La totalité de la facture ne pouvant être réglé avant… 2084.

Rythme ralenti

Le gouvernement a mis le holà à ce désastre annoncé. Ce jeudi 22 février, le Premier ministre et la ministre des transports ont annoncé un recadrage du «chantier de notre siècle». Toutes les lignes sont pour le moment confirmées, mais pas au rythme prévu. Les deux nouveaux tronçons de la ligne 14 devraient bien être achevés pour 2024. Tout comme le tronçon nord de la ligne 16 et la partie commune des lignes 16 et 17 (Saint-Denis-Pleyel et la gare du Bourget). Les deux aéroports d’Orly (au sud) et du Bourget (au nord) seront donc reliés. Ainsi que le pont de Sèvres (ouest) et le centre de Champigny (est): la partie sud de la ligne 15.

Ensuite, c’est la rapidité d’exécution des travaux qui sera révisée: Les lignes 15 (pour la partie nord), 16, 17 et 18 seront totalement livrées entre 2027 et 2030.

 



Sites du groupe
Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus