Le gouvernement veut doper le photovoltaïque tricolore

Le 14 février 2012 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Le gouvernement va créer un tarif de rachat spécifique, plus élevé, pour l'électricité photovoltaïque produite à partir de panneaux fabriqués en France, a indiqué ce mardi 14 février la ministre de l'Ecologie.

«Il va y avoir un tarif plus élevé, d'au moins 10%, quand l'électricité sera produite à partir de panneaux fabriqués en France, c'est-à-dire à partir de 60% de valeur ajoutée produite en France», a expliqué Nathalie Kosciusko-Morizet.

«C'est la création d'un tarif qu'on peut appeler à l'italienne, car les Italiens le pratiquent déjà», a-t-elle précisé, soulignant que cette annonce avait été faite mardi par Nicolas Sarkozy aux représentants syndicaux de l'usine Photowatt, en cours de rachat par EDF EN, après avoir frisé la liquidation.

«C'est le dernier maillon d'un dispositif qui se met en place, qui est de produire de l'électricité renouvelable mais en créant des emplois en France», a-t-elle ajouté, rappelant la place prépondérante occupée par les panneaux importés d'Asie, de Chine en particulier.
Interrogée sur le calendrier de mise en œuvre d'une telle mesure, la ministre a évoqué un décret qui devrait être publié «d'ici quelques semaines».

«Certains critiqueront en se demandant si c'est conforme aux règles européennes. Mais j'observe que, pour le moment, le tarif italien n'a pas été attaqué, on ne va donc pas se priver de donner un coup de pouce à l'industrie française», a-t-elle ajouté.

Cette annonce n’est pas forcément bien accueillie par les professionnels. Rappelant les errements tarifaires passés (un tarif de rachat considéré comme le plus avantageux du monde, plusieurs fois baissé en 2011), certains observateurs soulignent l’absence de politique industrielle du gouvernement en faveur de l’énergie solaire.

Dans un communiqué, l’association «Touche pas à mon panneau solaire» rappelle que «le kilowattheure d'électricité photovoltaïque continue à coûter deux fois plus cher qu'en Allemagne à cause de la lourdeur administrative imposée à la filière. Le différentiel d'attractivité de cette énergie entre les deux pays ne saurait être mieux illustré qu'à travers la comparaison de deux chiffres: 2.100 mégawatts crête de photovoltaïque ont été installés en France ces dernières années. L'Allemagne a, elle, augmenté son parc de plus de 3.000 MWc dans le seul mois de décembre 2011».
 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus