Le gouvernement abaisse la valeur-limite d’exposition professionnelle à l’amiante

Le 07 novembre 2011 par Geneviève De Lacour
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Une campagne expérimentale de prélèvements et de mesures des fibres d’amiante en milieu professionnel a été menée, du 15 novembre 2009 au 15 octobre 2010, à l’initiative du ministère du travail. Les résultats de cette campagne ont donc incité les autorités à abaisser la valeur-limite d’exposition professionnelle (Vlep) et à renforcer la protection des travailleurs exposés à l’amiante.

La campagne s’est déroulée selon un protocole expérimental élaboré avec l’appui de l’Institut national de recherche et de sécurité pour la prévention des accidents du travail et des maladies professionnelles (INRS), du Laboratoire d’analyse des particules inhalées (Lepi) et de la branche Accidents du travail et maladies professionnelles (Cnamts). 80 chantiers ont été suivis et 300 échantillons analysés selon un protocole bien précis. Celui-ci a permis d’expertiser les couples «matériaux/techniques/niveaux d’empoussièrement» les plus couramment rencontrés, en situation réelle de traitement, de retrait ou d’intervention de maintenance pour des matériaux susceptibles de libérer des fibres d’amiante.

L’INRS, qui a rendu son rapport final au ministère du travail le 22 septembre dernier, a utilisé une nouvelle méthode d’analyse permettant d’identifier et de comptabiliser les fibres fines d’amiante qui n’étaient pas visibles précédemment en microscopie optique. Il s’agit de la méthode Meta pour «microscopie électronique à transmission analytique».

Selon le communiqué du ministère de l’écologie publié aujourd’hui 7 novembre, «les résultats de la campagne expérimentale mettent en évidence des niveaux d’empoussièrement d’une ampleur inattendue pour certains matériaux. Ces constats sont notamment liés aux techniques utilisées, voire à l’état de dégradation de ces matériaux».

Après avoir analysé le contenu du rapport, le gouvernement entend «dans un souci de protection des travailleurs, modifier la réglementation au premier semestre 2012 pour tenir compte de l’évolution de l’avancée des connaissances scientifiques et techniques permises par cette campagne».

Et le ministère de recommander, en premier lieu, l’abaissement de la Vlep) -qui est actuellement de 100 fibres par litre- à 10 fibres par litre à une échéance de trois ans. Il envisage également le contrôle de l’empoussièrement en milieu professionnel selon la méthode Meta. La France sera ainsi le premier pays au monde à rendre obligatoire, en milieu professionnel, cette technique de mesure permettant de prendre en compte toutes les catégories de fibres.
Autre point important le gouvernement souhaite la suppression, dans le code du travail, de la dualité de notions friable/non friable et demande également la généralisation de la certification des entreprises à l’ensemble des activités de retrait et d’encapsulage de matériaux contenant de l’amiante.
Enfin, les conditions d’utilisation, d’entretien et de vérification des moyens de protection collective et les équipements de protection individuelle, en particulier les appareils de protection respiratoire devront être adaptés aux niveaux d’empoussièrement sur les chantiers.

Pour en savoir plus, le ministère recommande les sites suivants:
www.circulaires.gouv.fr et www.travailler-mieux.gouv.fr: pour les maîtres d’ouvrage et les maîtres d’œuvre ayant des opérations en préparation et souhaitant élever les niveaux de prévention sur les chantiers.


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus