Le Giec, une réunion (presque) neutre en carbone

Le 31 janvier 2007 par Bérangère Lepetit
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

De quels pays viennent exactement les spécialistes du Groupe intergouvernemental d'experts sur l'évolution du climat (Giec) réunis à Paris jusqu'à vendredi 2 février?

Dans le désordre:du Brésil, des Etats-Unis, de Russie, du Royaume-Uni, d'Iran, d'Allemagne, etc. Inutile, donc, de spécifier que pour assister à la conférence du Giec, ces experts du monde entier se sont déplacés en avion. Selon une évaluation de la société Climat mundi, 98% des gaz à effet de serre (GES) émis par la réunion du groupe 1 du Giec sont dus aux transports des participants. Les autres émissions de GES sont liées à l'hébergement et à la restauration, ainsi qu'à la logistique de la conférence (électricité, documentation, fourniture, déchets…). Au total, les émissions produites par cette réunion tournent autour de 1.150 tonnes d'équivalent CO2, évaluation préliminaire qui devrait être précisée par la suite.

Or, pour faire de cette réunion un exemple, le gouvernement français s'est engagé à financer un projet qui réduira les émissions de GES de la même quantité, afin que le bilan global des émissions soit neutre et sans incidence sur le climat. Le projet retenu? L'installation de foyers de cuisson à haut rendement dans des villages d'Erythrée, un pays de la Corne de l'Afrique voisin du Soudan et de l'Ethiopie.

En outre, différentes mesures, et non des moindres, ont été prises afin de faire de cette réunion une conférence écologiquement responsable: l'achat d'électricité d'origine renouvelable, l'élaboration de menus avec une majorité de produits locaux et de saison d'origine biologique et sans utilisation de viande bovine –très consommatrice d'énergie et d'espace-, l'utilisation de papier recyclé et d'encres végétales et, cerise sur le gâteau, la sacoche de conférence en coton biologique acheminée d'Inde par bateau.

Mais, rappelle à juste titre le «guide méthodologique» de la réunion du Giec distribué à tous les participants, «le fait qu'une conférence soit neutre en carbone ne veut pas dire qu'elle n'a pas contribué localement à la pollution climatique. Cela veut dire que l'organisation s'est arrangée pour réduire, ailleurs, des émissions de GES d'une quantité égale à celle de la conférence».




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus