Le Giec publie son rapport après des débats très chauds

Le 19 novembre 2007 par Victor Roux-Goeken
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Le qualificatif «irréversibles», employé pour désigner les conséquences du changement climatique, a été l'un des grands points de débat du Groupe intergouvernemental d'experts sur l'évolution du climat (Giec). Le panel d'experts, qui regroupe plus de 2.500 scientifiques, s'est réuni du 12 au 16 novembre à Valence (Espagne) pour publier, vendredi 16 novembre, la synthèse de son rapport destiné aux décideurs politiques mondiaux. Le rapport a été officiellement approuvé samedi en séance plénière.

Des phrases telles que «le changement climatique anthropique et ses conséquences pourraient être soudains ou irréversibles» ou «tous les pays [seront affectés par les impacts]» ont été l'objet d'âpres négociations. Certains pays, dont les Etats-Unis, estimaient que ces expressions ne correspondaient à aucune réalité scientifique. D'autres, dont les Européens, qui se posent en leaders dans la lutte contre le réchauffement climatique, ont insisté pour maintenir la formulation.

Le résumé du quatrième rapport d'évaluation du Giec (1), qui fait une vingtaine de pages, doit faire référence pour les 5 années à venir et constitue LE document sur lequel les «décideurs» mondiaux engageront les négociations lors de la conférence sur le réchauffement climatique à Bali (Indonésie), le 5 décembre prochain.



(1) Cf. article sur «Le Giec, boussole de la planète pour l'après-Kyoto»




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus