Le Ghana ne veut plus de nos vieux frigos

Le 02 janvier 2013 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
A chaque vieux frigo rapporté une aide financière offerte.
A chaque vieux frigo rapporté une aide financière offerte.

C’est terminé! Quatre ans après l’avoir annoncé, le gouvernement du Ghana a enfin interdit, le 1er janvier, l’importation des produits électroménagers d’occasion. Une mesure qui frappe essentiellement les réfrigérateurs venus d’Europe. Non sans raison. La plupart des deux millions de frigos expédiés dans ce petit pays d’Afrique de l’Ouest sont des gouffres énergétiques.

En 2006, une étude de l’institut ghanéen de la recherche industrielle établissait que la consommation moyenne d’un réfrigérateur tournait autour de 1.200 kilowattheures par an: trois à quatre fois plus qu’un modèle comparable de classe A vendu dans l’Union européenne. En plus d’être énergivores, les appareils que l’on retrouve sur les marchés d’Accra ou de Kumasi ne sont pas au mieux de leur forme. Conséquence: les taux de fuite de fluide frigorigène sont importants, ce qui contribue au renforcement de l’effet de serre.

Problème: comment renouveler le parc des réfrigérateurs sans se mettre à dos importateurs, revendeurs et autres rafistoleurs? En créant un nouveau marché. Avec le soutien du Programme des Nations Unies pour le développement (Pnud), du Fonds pour l'environnement mondial (Global Environment Facility –GEF), d’une banque et de deux distributeurs locaux, le Ghana a lancé, en septembre dernier, un dispositif d’échange des frigos. Pour chaque appareil hors d’usage rapporté, les consommateurs perçoivent une aide financière leur permettant d’acquérir une machine neuve et moins gourmande. Le ministère de l’énergie, qui lui consacre 3 millions de dollars (2,26 millions d’euros), espère que le système remettra 50.000 réfrigérateurs neufs et sobres dans le circuit d’ici 2015. De quoi réduire la consommation électrique du pays de 216 MWh: la moitié de la production du futur barrage de Bui.

Les réfrigérateurs hors d’usage sont, quant à eux, pris en charge par une filière qui assure leur démantèlement et la récupération des fluides frigorigènes.

Pour la suite, le Ghana aimerait produire ses propres réfrigérateurs et autres appareils à froid. Mais ça, c’est une autre aventure.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus