Le gaz hilarant n’est plus drôle

Le 05 septembre 2011 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Jusqu’à présent, les avis étaient partagés sur le bilan climatique des émissions anthropiques d’azote. Sönke Zaehle a, lui, une opinion tranchée sur la question.
 
Dans un article qu’il publie dans Nature Geoscience, le biogéochimiste au Max Planck Institute compare bienfaits et méfaits climatiques des rejets azotés.
 
«Les apports d'azotes dans les écosystèmes terrestres ont plus que doublés depuis 1860 du fait des activités humaines. Ces apports proviennent majoritairement des fertilisants ou des dépôts atmosphériques (sous forme réduite NHx ou oxydée NOx) dont une part est la conséquence des émissions d'origine anthropique. Mais on a aussi une fertilisation des sols par la fixation biologique du diazote atmosphérique par des plantes telles que les légumineuses», précise Vincent Prieur, du Laboratoire des sciences du climat et de l’environnement (LSCE), l’un des co-auteurs de l’article.
 
Jusqu’à présent, bon nombre de scientifiques estimaient que l’impact climatique de l’azote relâché par les sols, notamment sous sa forme de protoxyde d’azote (N2O, le gaz hilarant) était «compensé» par l’augmentation du puits de carbone des cultures fertilisées.
 
«Quand il est épandu sur des écosystèmes pauvres en azote, l’azote peut stimuler la croissance des plantes et réduire la dénitrification, ce qui accroît la capacité des végétaux à stocker du carbone», confirme Sönke Zaehle.
 
Bénéfique pour le climat, le N2O ? Probablement pas. Selon l’article, le forçage radiatif des émissions du gaz hilarant est, en effet, supérieur aux capacités d’absorption des cultures fertilisées. Il est vrai que le pouvoir de réchauffement global du protoxyde d’azote est 310 fois supérieur à celui du CO2.
 
Même si les auteurs de l’article reconnaissent qu’il faut poursuivre les recherches pour clore le sujet, une première conclusion s’impose: en plus de limiter notre consommation de charbon et d’hydrocarbures, il va falloir réduire l’utilisation d’engrais azotés.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus