Le frigo de la planète se réchauffe très vite

Le 22 octobre 2010 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

 

L'Arctique continue à se réchauffer à un rythme sans précédent, selon le rapport annuel du gouvernement américain sur le sujet, publié jeudi 21 octobre.

Le Groenland enregistre des températures record, une fonte de sa glace et une diminution de la masse de la banquise, conclut une équipe internationale de 69 scientifiques dans son rapport annuel intitulé Arctic Report Card.

La glace présente durant la saison la plus chaude continue à se réduire. L'été dernier a été mesurée la troisième plus faible superficie depuis le début des observations satellitaires en 1979. Le record de contraction de la glace avait été enregistré en 2007, suivi par 2008.

L'épaisseur de la glace flottante s'amincit aussi de plus en plus et la durée de la couverture de neige de l'Arctique a été la plus courte cette année depuis 44 ans qu'elle est mesurée.

 

Selon les observations des climatologues, le réchauffement de l'air dans l'atmosphère arctique à l'automne semble contribuer aux changements de la circulation atmosphérique dans l'Arctique et les latitudes moyennes dans l'hémisphère nord. L'hiver 2009-2010 a montré une relation entre les froids extrêmes des latitudes moyennes, marquées par de fortes chutes de neige, et les changements dans les vents de l'Arctique liés à une phase de l'oscillation arctique. Il s'agit d'une variation de la différence de pression atmosphérique au niveau de la mer dans l'hémisphère nord d'une année à l'autre. Cette variation est liée à l'intensité et à la position moyenne des dépressions et anticyclones entre l'Arctique et les latitudes de 37 à 45 Nord.

 

 « Tout ce qui doit se produire sur le reste du globe arrive en premier lieu et dans une large mesure dans l'Arctique », souligne Jane Lubchenco, la directrice de l'Agence océanique et atmosphérique américaine (Noaa). « Au-delà du fait que la situation en Arctique affecte les populations humaines et l'écosystème de cette région, le réchauffement des températures arctiques, la diminution du permafrost, de la couverture neigeuse, des glaciers et de la glace flottante ont des conséquences étendues pour les systèmes physiques et biologiques dans les autres parties du globe », ajoute-t-elle dans un communiqué.

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus