Le fret maritime n’est pas si propre, rappelle l’AEE

Le 14 mars 2013 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Les bateaux polluent près des côtes.
Les bateaux polluent près des côtes.

Le transport maritime est une source importante de pollution de l'air, parmi «les moins régulées», rappelle l'Agence européenne pour l'environnement (AEE) dans un rapport publié jeudi 14 mars.

Les navires rejettent dans l'atmosphère des polluants tels que les particules fines ou l'oxyde d'azote (NOx), pouvant contribuer à la pollution de l'air autour des ports importants et des grandes routes maritimes, souligne l'agence basée à Copenhague.

«Par comparaison avec d'autres secteurs économiques, le transport maritime est l'une des sources de pollution de l'air les moins régulées», assurent les rapporteurs.

Au niveau mondial, quelque 70% des émissions polluantes des bateaux ont lieu à moins de 400 kilomètres des côtes, et «ce taux est beaucoup plus élevé dans les eaux européennes», ajoute l'organisme, qui s'est livré à une revue des études et des simulations existantes pour quantifier l'impact du transport maritime sur la qualité de l'air et le climat.

«Dans certaines régions, les navires peuvent contribuer jusqu'à 20 ou 30% des concentrations locales en particules fines (inférieures à 2,5 micromètres). Autour de certains ports et voies de navigation actives, ils peuvent aussi contribuer jusqu'à 80% à la pollution en oxyde d'azote (NOx) ou en dioxyde de soufre (SO2)», écrit-il.

Pour les particules fines ou le NOx, les régions européennes les plus vulnérables sont l'ouest de la France, le sud de la Grande-Bretagne, les Pays-Bas et le nord du Danemark, selon des simulations.

Le rapport pointe néanmoins le peu de données disponibles en la matière et insiste sur la nécessité de mieux évaluer le rôle de la navigation dans la pollution de l'air.

L'agence appelle de façon globale à la mise en œuvre d'une politique luttant à la fois contre le CO2 et contre les polluants de l'air, responsables de maladies respiratoires chroniques, voire de décès prématurés. Sont ainsi recommandées des améliorations techniques pour réduire la consommation en carburant, mais aussi de possibles réductions de vitesse: «Si les bateaux réduisaient leur vitesse de 10%, cela pourrait réduire la demande en énergie d'environ 19%», selon une étude citée dans ce rapport.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus