Le fongicide tueur de grenouilles

Le 02 mai 2011 par Geneviève De Lacour
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Dans une étude publiée le 29 avril dans la revue Environmental Health News, des chercheurs de l’Université de Floride du Sud ont réussi à mettre en évidence que l’utilisation du chlorothalonil pouvait contribuer au déclin de populations d’amphibiens et affecter la santé des grenouilles survivantes, et cela même à de faibles doses.

Le chlorothalonil est un fongicide utilisé sur les cours de golf et les pelouses, et il est aussi employé pour traiter les récoltes de pommes de terre, de maïs et de fruits. C'est également un anti germinatif de contact. Il appartient à la famille chimique des organochlorés dérivés du benzène et c’est l’un des fongicides les plus utilisé aux Etats-Unis.

L’agence de l’environnement américaine (EPA, selon l’acronyme en anglais) le classe dans la catégorie des probables cancérigènes pour l’homme. Les études de laboratoire montrent que les animaux exposés à de fortes concentrations de ce produit développent des lésions cutanées, des tumeurs de l’estomac et des reins. Mais les données manquent en ce qui concerne la toxicologie du produit sur l’homme.

Le fongicide a été détecté dans les eaux superficielles, les eaux de pluie et dans l’air. Et les êtres humains peuvent être directement exposés à ce pesticide lorsqu’ils l’utilisent, en mangeant les aliments traités ou lorsqu’ils boivent des eaux contaminées. Le chlorothalonil appartient en fait à la même famille de pesticides que le DDT, banni depuis des dizaines d’années puisqu’il s’agit d’un polluant organique persistant (POP).

Une étude récente, réalisée sur un groupe de 150 femmes enceintes du New Jersey, rapporte que 97% des mères possèdent des niveaux détectables de ce fongicide dans le sang. Mais le chlorothanolil ne semblerait pas avoir d’effets néfastes sur les nouveau-nés.

Les chercheurs de l’université de Floride du sud ont donc évalué, pour la première fois, les effets de ce fongicide sur 4 espèces de grenouilles.
Ils ont constaté que seuls les têtards exposés au fongicide meurent, et ceci rapidement. La plupart ont péri dans les 72 premières heures de l’expérience. Etonnamment, les concentrations faibles et élevées tuent les têtards, mais pas les concentrations intermédiaires.
Une autre expérience a montré que pour 3 des espèces de grenouilles, 100% des têtards sont morts après 10 heures d’exposition à des concentrations comparables à celles que l’on trouve dans l’environnement. Lors de ce test, certains têtards ont été exposés à des concentrations 10.000 fois inférieures aux concentrations du milieu naturel, soit 0,0164 microgramme par litre (µg/l). En fait, la sensibilité au fongicide varie en fonction de l’espèce animale. Mais au total, 86% des têtards ont péri en étant exposés à des concentrations 1.000 fois inférieures à celles du milieu naturel.
Quant aux grenouilles survivantes, elles présentaient un système immunitaire affaibli après l’expérience.
 
Ces différents résultats soulignent le fait que l’exposition au chlorothalonil peut avoir deux types de conséquences pour les amphibiens. Le fongicide peut directement tuer les têtards, mais il peut aussi causer la mort des grenouilles en affaiblissant leurs défenses immunitaires, et en les rendant plus sensibles aux maladies infectieuses.
 
Le fait que les concentrations élevées comme les faibles concentrations de ce polluant peuvent être fatales et avoir une influence sur la production hormonale des têtards alors que les concentrations intermédiaires n’ont pas d’effets, va à l’encontre des croyances habituelles. L’étude des scientifiques soutient ainsi un concept de plus en plus répandu: de nombreux pesticides sont fatals à des concentrations très faibles, qui correspondent à celles que l’on trouve dans l’environnement.
Les faibles doses de produits chimiques sembleraient donc être nuisibles aux organismes vivants.
 
 


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus