Le fonds vert opérationnel avant la COP 21

Le 02 octobre 2015 par Cécile Barbière Euractiv pour le JDLE
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Héla Cheikhrouhou, directrice exécutive du fonds vert climatique.
Héla Cheikhrouhou, directrice exécutive du fonds vert climatique.
DR

En visite à Paris, Héla Cheikhrouhou, directrice exécutive du Fonds vert climatique, a indiqué, le 1er octobre, que les premiers projets financés par son institution pourraient démarrer dans les prochaines semaines.

Il aura fallu quatre ans pour que le projet se concrétise. Lancé en 2011, le Fonds vert pour le climat décidera d'ici un mois où mettre ses billes pour lutter contre le changement climatique dans les pays en développement. «Le Conseil de gouvernance du Fonds vert va se réunir en novembre et discuter des premiers projets de lutte econtre le changement climatique», a annoncé Héla Cheikhrouhou, sa directrice exécutive, en visite à Paris à l’occasion d’une rencontre avec François Hollande et Ségolène Royal.

Mise en oeuvre

«La mise en œuvre effective des projets pourra commencer rapidement après la réunion du Conseil», a-t-elle affirmé. Un agenda qui pourrait permettre au Fonds vert d’entrer en activité tout juste avant le début de la conférence internationale de Paris pour le Climat (COP 21), qui s’ouvre le 30 novembre. Et donner un signal positif aux pays en développement, qui attendent de pied ferme des avancées sur le front des financements pour conclure un accord à Paris. 

Créé lors de la conférence de Durban (Afrique du Sud) en 2011, le Fonds vert a pour objectif d’administrer une -petite- partie des 100 milliards de dollars par an d'ici à 2020 promis par la communauté internationale. Si le démarrage a tardé, c'est que financements se sont aussi fait attendre.

Mais si le fonds international fait face «à une très forte demande de financement», selon sa présidente, les caisses ne sont pour l’instant pas plus remplies. «Le Fonds vert a récolté des promesses de dons d'à peu près 10 milliards de dollars» a indiqué Héla Cheikhrouhou, précisant que l'intitution espérait recevoir davantage d'engagement pour pouvoir remplir son rôle. Sur les 10 milliards promis en 2014, seuls 5,8 font aujourd'hui l'objet d'accords signés. 

Capitalisation stagnante

«Aujourd’hui le Fonds vert a une capacité d’engagement de 700 millions de dollars», a précisé sa directrice, qui indique travailler sur la concrétisation des engagements des différents pays donateurs. Selon la directrice, 35 pays ont pour l’instant contribué au Fonds vert, dont la France. «Et les demandes de projet (37 pour l’instant) sont assez équilibrées entre les projets d’adaptation et d’atténuation.»



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus