Le Fonds vert climatique suscite déjà la controverse

Le 10 juillet 2015 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
 Héla Cheikhrouhou dirige le Fonds vert pour le climat.
Héla Cheikhrouhou dirige le Fonds vert pour le climat.
DR

Il n’est pas encore tout à fait opérationnel que déjà il suscite la critique. Quelques heures à peine après avoir accrédité une dizaine d’institutions financières, le Fonds vert climatique s’est pris une volée de bois vert de la part d’une vingtaine d’ONG, dont plusieurs branches des Amis de la terre et Germanwatch.


Dans un communiqué, publié vendredi 10 juillet, les associations dénoncent certains choix du conseil d’administration du Fonds. L’institution onusienne a, en effet, choisi de travailler non seulement avec des agences de développement, telle l’AFD française, mais aussi avec de grandes banques ou des établissements multinationaux, au comportement pas toujours «climato-compatibles», estiment les ONG.

Selon Bank Track, la Deutsche Bank aurait investi plus de 15 milliards d’euros dans des entreprises produisant des énergies fossiles, entre 2005 et 2014. La Banque mondiale est suspectée, quant à elle, de pas prendre en compte les questions climatiques et de droit dans ses décisions.

Dans leur communiqué, les ONG se disent découragées et déçues du choix du FVC. En agissant ainsi, «le Fonds  risque de perdre toute crédibilité», estiment-elles.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus