Le fonds vert climatique choisit ses intermédiaires

Le 09 juillet 2015 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Le fonds vert financera l'adaptation et l'atténuation des pays les plus pauvres.
Le fonds vert financera l'adaptation et l'atténuation des pays les plus pauvres.
DR

L’Agence française de développement (AFD) vient d’être accréditée comme intermédiaire financier pour la mise en œuvre des financements du Fonds vert pour le climat (FVC), indique l’institution onusienne.

L’AFD rejoint la vingtaine d’institutions déjà accrédités par le FVC, parmi lesquelles la Deutsche Bank Aktiengesellschaft, la BERD, la Banque mondiale ou le PNUE.

Créé lors de la conférence climat de Cancun en 2010, le Fonds vert pour le climat est destiné à devenir un des instruments majeurs du financement de la lutte contre le dérèglement climatique et de l’adaptation à ses effets dans les pays en développement.

Il ne mettra pas en œuvre les fonds directement mais travaillera via des intermédiaires financiers et agences de mise en œuvre qui doivent être accréditées. Ouvert mi-novembre 2014, le processus d’accréditation doit statuer sur la conformité des procédures et pratiques des entités candidates aux standards du Fonds vert pour le climat, poursuit l’AFD dans un communiqué.

En 2014, le Fonds vert pour le climat a adopté les politiques et cadres essentiels pour recevoir, gérer, programmer et décaisser des financements ainsi que mesurer et comptabiliser ses résultats et impacts. Le processus de capitalisation, initié en juin 2014, a abouti en décembre 2014 à des promesses de contribution à hauteur de 10,2 milliards de dollars, dont un peu plus de 900 millions pour la France.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus