Le faux succès du MDP

Le 13 septembre 2012 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
60% des projets MDP sont réalisés en Chine.
60% des projets MDP sont réalisés en Chine.

Une fois n’est pas coutume, l’ONU s’est fendue, il y a quelques jours, d’un communiqué optimiste sur le changement climatique. Plus exactement sur le mécanisme de développement propre (MDP), l’un des systèmes de flexibilité prévu par le protocole de Kyoto.

Dans sa missive, le secrétariat de l’ONU sur les changements climatiques se félicite de l’émission de la milliardième unité de réduction certifiée d’émission (URCE). Représentant une tonne de CO2, ces URCE sont les crédits carbone générés par les projets MDP.

Depuis le lancement de ce mécanisme, en 2003, les promoteurs de projets MDP ont donc évité le relâchement de 1 milliard de tonnes de gaz carbonique dans l’atmosphère. Ce qui est une bonne nouvelle en soi. Mais cela reste ridicule au regard du bilan carbone des activités anthropiques. Au rythme actuel, nous rejetons collectivement un milliard de tonnes de dioxyde de carbone, tous les dix jours. Bref, en 9 ans, le MDP a «compensé» 10 jours d’émissions.

Economiquement, le bilan n’est pas non plus très fameux. Ces projets ont coûté 215 milliards de dollars aux investisseurs des pays de l’annexe 1; portant à 215 dollars le coût moyen de la tonne de CO2 évitée. Pas donné.

Actuellement, 4.602 projets MDP ont été labellisés par l’ONU. Ils sont susceptibles de générer la création de 2,1 milliards d’URCE d’ici à la fin de l’année 2012.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus