Le directeur de l’Anses déplore un manque de moyens

Le 31 octobre 2012 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Le directeur de l'Anses a été auditionné ce 31 octobre au Sénat
Le directeur de l'Anses a été auditionné ce 31 octobre au Sénat

 Marc Mortureux, directeur de l’Agence nationale de sécurité de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses), a regretté ce 31 octobre que les fonds publics manquent pour réaliser des études d’envergure, en toute indépendance, sur les effets sanitaires des organismes génétiquement modifiés (OGM).

Auditionné par les commissions des affaires économiques et du développement durable du Sénat, Marc Mortureux a insisté sur la nécessité de mobiliser, dans certains cas spécifiques, des financements français ou européens, pour réaliser des études complémentaires souvent coûteuses.

Le directeur de l’Anses n’a pas directement mis en cause les études produites par les industriels («c’est un bon principe qu’ils prouvent l’innocuité de leurs produits» a-t-il dit), mais a souligné qu’entre leurs études et la littérature scientifique, des questionnements se posaient parfois.

Dans la recherche, l’argent est aussi le nerf de la guerre. Si l’étude de Séralini, réalisée avec des groupes de 10 rats, a coûté 3 millions d’euros, une étude plus approfondie, avec des groupes de 80 rats, aurait coûté au moins 10 M€, précise Gérard Lasfargue, directeur-adjoint scientifique de l’Anses.

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus