- 

Le diesel toujours mal vu aux Etats-Unis

Le 27 février 2005 par Claire Avignon
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Diesel and Health in America - Clean Air Task Force (CATF)
Diesel and Health in America - Clean Air Task Force (CATF)

Une étude nommée "Diesel et santé en Amérique: la menace persistante" vient de sortir aux Etats-Unis. Etabli par une organisation non gouvernementale, le rapport évalue à 21.000 pour 2010 le nombre de décès prématurés liés aux particules fines émises par le gasoil.

Alors que les ventes de véhicules à moteur diesel viennent encore d'augmenter de 13% en Europe (1), et qu'elles ont même atteint 69,2% en France, les habitants des Etats-Unis semblent toujours aussi méfiants vis-à-vis du gasoil. Les études scientifiques se multiplient actuellement pour montrer les risques sanitaires liés à l'exposition aux particules fines. Ces substances chimiques sont émises par de nombreux secteurs : les transports mais aussi le résidentiel, l'agriculture, l'industrie manufacturière. En décembre 2004, l'Autrichien Markus Amann a estimé que l'espérance de vie des Européens diminue d'environ 8 mois à cause de la présence de particules fines qui agissent sur les poumons et le système cardio-vasculaire.

Arguant que les émissions des véhicules routiers sont respirées directement par les passants, le Clean air task force (2) (Catf) s'en prend aux seuls véhicules diesel. Aux Etats-Unis, 13 millions de véhicules roulent au gasoil, essentiellement des poids lourds et des véhicules utilitaires. Ils sont beaucoup moins nombreux qu'en Europe. Ainsi, pour la seule année 2004, 7 millions de véhicules particuliers diesel ont été immatriculés dans 15 pays d'Europe de l'Ouest. La Catf exige une politique plus « agressive » contre les véhicules diesel, au niveau local comme au niveau fédéral. L'organisation vient pour cela de publier des arguments convaincants. En 2010, le gasoil pourrait être à l'origine de 21.000 décès prématurés, 3.000 cancers du poumon et à 2.400.000 jours d'arrêt maladie. Car, toujours selon le Catf, ces effets entraîneraient une perte économique de 139 milliards de dollars (105 milliards d'euros) pour la seule année 2010. Cette campagne a été suivie par de nombreux lobbies, à l'instar du bureau texan de Public Citizen, qui se bat pour le droit des consommateurs auprès du Congrès.

Le Diesel technology forum, qui représente les entreprises travaillant dans le domaine du diesel, a aussi réagi en rappelant tous les progrès technologiques des dernières années qui ont permis de réduire les rejets de particules fines : « Grâce à ces améliorations, les émissions de diesel représentent une très petite partie de l'inventaire des particules établi par l'Agence de protection de l'environnement (EPA) – c'est-à-dire 1,49% des PM-10 (3) et 4,38% des PM-2,5», précise un communiqué de presse.

En Europe, la position du public et des autorités diffère de la position américaine. Des actions sont entreprises par les Etats membres et la Commission européenne pour diminuer les émissions de PM. Par exemple, les Etats favorisent l'introduction sur le marché de véhicules équipés d'un filtre à particules, notamment grâce à la norme européenne Euro 5. Mais le fait que les moteurs diesel consomment moins, donc émettent moins de dioxyde de carbone (CO2), apparaît assez convaincant pour continuer à développer le marché diesel.



(1) Chiffres de l'association des constructeurs allemands

(2) Le Caft est une organisation indépendante composée de scientifiques, économistes et juristes présente sur tout le territoire des Etats-Unis

(3) Les particules ou particulate matter (PM) comprennent les substances dont le diamètre est inférieur à 10 microns (PM-10), 2,5 microns (PM-2,5) et 1 micron (PM-1,0)




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus