Le dicamba, l’autre herbicide devant la justice américaine

Le 18 février 2020 par Romain Loury
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Le dicamba
Le dicamba

Outre le glyphosate, un autre herbicide est menacé par la justice américaine: le dicamba. En cause, sa capacité à ne pas tuer que les adventices, mais aussi les cultures elles-mêmes. Samedi 15 février, Bayer et BASF ont été condamnés à payer 265 millions de dollars à un cultivateur, après la destruction de ses vergers de pêches.

 

Le dicamba, produit par Monsanto (acquis par Bayer en juin 2018) et BASF, est accusé par des agriculteurs américains d’éliminer non seulement les adventices, mais aussi les cultures, y compris dans les champs des voisins. Selon l’agence Bloomberg, plus de 140 autres plaintes auraient été déposées aux Etats-Unis contre le dicamba.

Un premier verdict est tombé samedi dans le Missouri: face à la plainte de Bill Bader, cultivateur qui accuse le dicamba d’avoir décimé ses 30.000 pêchers bien qu’il ne l’ait pas utilisé, le jury du tribunal fédéral de Cape Girardeau a condamné Bayer et BASF à lui verser 265 millions de dollars, soit 245 millions d’euros.

Bayer et BASF font appel

En cause selon le jury, l’absence de mise en garde sur les effets du produit. Les deux sociétés ont annoncé qu’elles feraient appel, Bayer dénonçant «l’absence de preuve convaincante de la présence des produits de Monsanto sur l’exploitation et de leur responsabilité dans ces pertes».

Bayer est par ailleurs confronté à près de 43.000 plaintes pour son glyphosate, avec seulement trois jugements rendus à ce jour en faveur d’anciens utilisateurs atteints de lymphomes non hodgkiniens.