Le diabète, une maladie climatique?

Le 23 mars 2017 par Romain Loury
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
L'obésité et le diabète en partie liés au réchauffement?
L'obésité et le diabète en partie liés au réchauffement?

Le réchauffement climatique pourrait favoriser la survenue du diabète, révèle une étude néerlandaise publiée dans la revue British Medical Journal Open Diabetes Research & Care. En cause, un effet sur le tissu adipeux, qui serait moins à même de stocker les graisses lorsque la température s’élève.

L’actuelle épidémie de diabète s’explique-t-elle en partie par le réchauffement? Selon plusieurs travaux, une température élevée diminue l’activité du tissu adipeux brun, chargé de stocker les graisses. Celles-ci se retrouvent donc en partie relocalisées vers d’autres organes, dont le cœur, le foie, le pancréas, etc. Or les graisses y freinent le métabolisme du glucose, et favorisent donc la survenue du diabète de type 2 («non insulinodépendant»), lié à l’obésité.

Afin d’explorer l’éventualité d’un lien entre température et diabète, l’équipe de Patrick Rensen, endocrinologue à l’université de Leyde, a analysé les données épidémiologiques du diabète aux Etats-Unis sur la période 1996-2009.

+1°C = 100.000 cas/an aux UsA

Résultat, toute hausse de 1°C équivaut à une incidence plus élevée de diabète, avec un gain de 0,314 cas/100.000 personnes par an. Selon les chercheurs, toute nouvelle hausse de 1°C entraînerait donc aux Etats-Unis la survenue de 100.000 nouveaux cas de diabète par an.

Idem au niveau mondial: l’équipe a analysé les données de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) sur l’hyperglycémie (taux de glucose trop élevé dans le sang), principal marqueur du diabète. Là aussi, les pays les plus chauds sont ceux où le diabète fait le plus de ravages. Après prise en compte de l’âge, du sexe, du niveau de revenu et du taux d’obésité, toute hausse de 1°C de la température annuelle moyenne équivaut à 0,17% d’hyperglycémiques en plus dans la population.

Perturbateurs endocriniens, pollution de l’air

C’est la première fois que le diabète est lié à la température. Le diabète de type 2, ainsi que l’obésité qui l’accompagne souvent, a également été associé aux perturbateurs endocriniens. Quant au diabète de type 1 («insulinodépendant»), qui touche principalement des sujets jeunes (voire des enfants) et est sans lien avec l’obésité, plusieurs travaux ont suggéré un lien avec la pollution de l’air.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus