Le développement hydroélectrique du Laos en question

Le 26 juillet 2018 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
En bleu, les zones inondées par les pluies. En rouge, le barrage. En vert, le cyclone qui vient.
En bleu, les zones inondées par les pluies. En rouge, le barrage. En vert, le cyclone qui vient.
GDACS

Le pays le plus pauvre de la région doit gérer les conséquences dramatiques de la rupture d’un barrage hydroélectrique. Le prix à payer pour une politique énergétique entièrement tournée vers l’exportation.

 

C’est une catastrophe inédite en Asie du Sud-Est. La rupture, le 23 juillet, d’une portion d’un barrage hydroélectrique en cours de construction, au Laos, a causé de nombreuses victimes et d’importants dégâts.

A l’heure où nous mettons en ligne, une vingtaine de villages de cette région de l’Attapeu ont été inondés par plusieurs centaines de millions de mètres cubes d’eau qui s’est déversée suite à l’effondrement partiel d’une des 5 digues auxiliaires attenantes à la centrale hydroélectrique de Xepian-Xe Nam Noy, en cours de réalisation.

20.000 déplacés

L’inondation brutale a noyé 27 personnes et provoqué le déplacement de près de 20.000 villageois. Les autorités sont toujours à la recherche de 131 personnes, portées disparues. Diffusé seulement mercredi 25 juillet, ce premier bilan reste difficile à évaluer au moment où l’armée laotienne interdit l’accès de cette région rurale, située au sud-est du pays.

Au-delà de cette sinistre et incomplète comptabilité, de nombreuses questions restent sans réponse. A commencer par l’alerte. A-t-elle été donnée tardivement lundi, alors que des signes avant-coureurs de l’accident étaient apparus dès la semaine passée? Alerte qui, par ailleurs, n’a pas été entendue ni comprise par les riverains de cette centrale au fil de l’eau de 260 mégawatts (MW).

les pluies d'une tempête tropicale

L’ouvrage a-t-il été érigé selon les règles de l’art? L’enquête devra mettre à jour d’éventuelles malfaçons dans la réalisation de la digue, faite de terre et de pierre, et soumise à une rapide montée des eaux imputable aux pluies torrentielles de la tempête tropicale Son-Tinh-18. Selon la NASA, il est tombé plus de 200 mm de pluie, ces derniers jours sur l'Attapeu.

L’ouvrage est construit par un consortium d’entreprises dirigé par SK Engineering & Construction. Le groupe de BTP sud-coréen possède le quart du capital du barrage, tout comme deux électriciens thaïlandais et sud-coréens. Les intérêts laotiens sont représentés par la société publique Lao Holding State Enterprise, détentrice elle aussi d’un quart du capital du projet.

Trop de barrages?

Vientiane n’a-t-elle pas trop misé sur les exportations d’électricité? Considéré comme l’un des pays les plus pauvres de la région, le Laos mise beaucoup sur la production d’hydroélectricité qui est, et restera longtemps encore, le premier poste d’exportation du pays. Mis en service en 2010 et exploité par EDF, le barrage de Nam Theun 2 exporte ainsi vers la Thaïlande 95% de sa production. Le pays compte 51 centrales hydroélectriques en exploitation (7 gigawatts -GW- de capacité), 46 sont en cours de réalisation (6 GW) et 112 projets pourraient encore voir le jour dans les prochaines années (8 GW).

L’essentiel de cette production hydroélectrique servira à sécuriser l’approvisionnement en électricité de la Thaïlande, du Viet Nam et de la Chine, et à apporter des devises au gouvernement laotien. Malgré le développement accéléré du secteur hydroélectrique, 20% de la population n’a pas accès à l’électricité.



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus