Le développement électrique n’est pas forcément carbonique

Le 20 octobre 2014 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
En 30 ans, l'Inde a raccordé 650 millions de nouveaux consommateurs d'électricité.
En 30 ans, l'Inde a raccordé 650 millions de nouveaux consommateurs d'électricité.
VLDT

Développement et lutte contre le changement climatique ne sont pas incompatibles. C’est ce que démontre une analyse comparée des émissions du secteur électrique à l’évolution du nombre d’Indiens ayant eu accès à l’électricité, ces trois dernières décennies.

650 millions de nouveaux usagers

Dans l’article qu’elle publie dans Nature Climate Change, l’économiste Shonali Pachauri estime que 650 millions de citoyens de la plus grande démocratie du monde ont été raccordés au réseau d’électricité entre 1981 et 2011. Les deux tiers de ces « nouveaux » consommateurs de courant sont des paysans ou des personnes vivant dans les zones rurales.

En décortiquant les statistiques de l’agence internationale de l’énergie, la chercheuse de l’IIASA de Vienne estime que le raccordement de cette population (30 % plus nombreuse que celle des 28 pays membres de l’Union européenne) est à l’origine de l’émission d’une cinquantaine de millions de tonnes de CO2 supplémentaires par an. Un chiffre négligeable au regard du 1,8 milliard de tonnes de gaz carbonique que rejette annuellement l’Inde.

3% à 4% de l'accroissement des émissions

Deux causes majeures expliquent, pour l’essentiel, ce chiffre étonnant. D’une part, le bouquet énergétique indien s’est, un peu, ouvert aux autres sources d’énergie que les fossiles. Entre 2007 et 2013, la part de l’électricité produite par les centrales au charbon et au fioul est passée de 79% à 70% du mix. De quoi légèrement décarboner la production d’électron.

D’autre part, les nouveaux usagers n’ont pas les moyens de gaspiller. La plupart d’entre eux consomment 455 kWh/an: 10 fois moins qu’un ménage français!

Le développement de l’électrification des ménages indiens les plus modestes a contribué à accroître de 3% 4% les émissions carbonées nationales en trente ans. Durant cette période, le bilan carbone du sous-continent est passé de 314 mtCO2/an à 1800 MtCO2/an.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus