Le dépôt de kérosène du Grau-du-Roi attaqué en justice

Le 12 avril 2017 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Les cuves semi-enterrées datent des années 50
Les cuves semi-enterrées datent des années 50

L’arrêté renouvelant l’exploitation du dépôt d’hydrocarbures du Grau-du-Roi (Gard) fait l’objet d’un recours en annulation, déposé le 11 avril devant le tribunal administratif de Nîmes.

 

C’est Marie-Odile Bertella-Geffroy, l’emblématique juge d’instruction spécialisée dans les questions de santé publique devenue avocate, qui a déposé le recours en annulation contre l’arrêté pris le 11 avril 2016 par le ministère de la Défense. Un recours déposé au nom du Comité d’alerte pour l’Espiguette, qui estime que les cuves de stockage d’hydrocarbures, datant des années 1950, ne sont plus aux normes, notamment par absence de doubles parois.

 

Vidage et démantèlement

«Nous voulons obtenir rapidement le vidage des cuves semi-enterrées, qui renferment 66.000 mètres cubes de kérosène, et à terme, le démantèlement de cette exploitation mitoyenne de la plage de l’Espiguette», affirme l’association.

Ce site classé Seveso seuil haut avait été installé, pour les besoins de l’OTAN, dans un massif dunaire situé à moins de 500 m de la plage de l’Espiguette, elle-même faisant partie d’un site Natura 2000.

Le 19 juillet 2016, l’ONG avait déjà déposé un recours devant le tribunal administratif de Nîmes pour absence de plan particulier d’intervention sur le site.

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus