Le décès d’un salarié lié aux algues vertes?

Le 08 septembre 2009 par Victor Roux-Goeken
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Une enquête préliminaire a été ouverte lundi 7 septembre par le procureur de Saint-Brieuc (Côtes d’Armor) Gérard Zaug après le décès d’un salarié transportant des algues vertes dans ce département, rapporte l’AFP.

Le décès de ce salarié de 48 ans remonte au 22 juillet dernier, soit 6 jours avant la mort fulgurante d’un cheval et le malaise de son cavalier à Saint-Michel-en-Grève (Côtes d’Armor), à l’origine du déplacement du Premier ministre François Fillon et de la secrétaire d’Etat à l’écologie Chantal Jouanno dans cette commune et de la médiatisation estivale de ce sujet (1).

Le décès du salarié a été attribué à un malaise cardiaque, précédant un accident avec son camion; il avait manipulé trois caissons d’algues vertes dans la journée, a raconté à l’AFP Thierry Bulot, président du syndicat mixte de traitement des ordures ménagères de Lantic et élu PS à la région Bretagne.

La famille du défunt n’a pas porté plainte et annoncé qu’elle s’opposait à son exhumation pour autopsie, qui ne sera ordonnée que si elle est jugée «médicalement utile», a indiqué le procureur.

Selon un rapport de l’Institut national de l’environnement industriel et des risques (Ineris) rendu public jeudi 20 août (2), «la décomposition des algues vertes est susceptible d’émettre des gaz qui peuvent être dangereux pour la santé à certaines concentrations». Les chercheurs de l’institut avaient mesuré des concentrations en hydrogène sulfuré avoisinant les 1.000 parties par million (ppm) dans la baie de Saint-Michel-en-Grève, alors qu’une concentration supérieure à 500 ppm est considérée comme potentiellement mortelle (2).

«Il faut sans retard inscrire les algues vertes échouées et collectées dans la liste des déchets dangereux», propose Robin des Bois dans un communiqué publié ce matin. L’association réclame notamment la création de filières fermées d’élimination, la protection de tous les acteurs de la filière depuis la collecte jusqu’au traitement, l’inventaire de tous les stockages non déclarés et non confinés ainsi que l’évaluation de l’impact pour la biodiversité, la pêche et le tourisme.

(1) Dans le JDLE «Algues vertes: Eau et Rivières de Bretagne dénonce ‘l'indifférence de l'Etat’»
(2) Dans le JDLE «Les algues vertes: un problème de santé publique»


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus