Le Danemark va interdire 4 phtalates

Le 24 août 2012 par Geneviève De Lacour
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
La ministre veut frapper fort.
La ministre veut frapper fort.

La ministre danoise de l’environnement, Ida Auken, a communiqué jeudi 23 août l’intention de son gouvernement d’interdire, dès cet automne, 4 phtalates: le DEHP (bis(2-ethylhexyl) phtalate), le DIBP (diisobutyl phtalate), le DBP (dibutyl phtalate) et le BBP (benzyl butyl phtalate) dans les produits de consommation susceptibles d’entrer en contact avec la peau ou les muqueuses.

«Nous ne pouvons pas attendre», a affirmé la ministre danoise, convaincue que la protection de la santé publique impose l’application immédiate du principe de précaution. Le Danemark avait en effet demandé à l’Union européenne en mai 2011 l’interdiction de ces 4 perturbateurs endocriniens. L’Agence nationale danoise de l’environnement évoquait également l’effet cocktail de ces différentes molécules chimiques sur la santé.

Les 4 phtalates font déjà l’objet depuis plusieurs années de restrictions européennes dans les articles pour enfants de moins de trois ans. Mais, selon le réseau Environnement-santé (RES) de récents travaux scientifiques feraient le lien entre l’exposition à ces phtalates et plusieurs autres maladies chroniques en augmentation constante, notamment l’obésité. Par ailleurs, «les études sur les effets de mélanges de phtalates, à des doses couramment rencontrées dans l’environnement, montrent que c’est bien l’ensemble de cette famille chimique qui pose problème», commente le RES. Présents dans les cosmétiques et les dispositifs médicaux, ils sont encore omniprésents dans les produits de consommation ou comme contaminants de l’air intérieur.

Dans un communiqué publié aujourd’hui 24 août, le RES se félicite de cette décision et de sa portée politique. «Les parlementaires français ont eux aussi, à trois reprises, pris la mesure des enjeux sanitaires des perturbateurs endocriniens et bravé la lenteur exaspérante des processus européens», rappelle Yannick Vicaire, chargé de mission au RES, «le gouvernement français doit apporter un soutien inconditionnel à l’initiative danoise et le meilleur moyen de le faire, c’est d’enfin valider le projet de loi sur les phtalates voté le 3 mai 2011 par l’Assemblée nationale».

Contre toute attente, les députés avaient en effet voté le 3 mai 2011  en première lecture, l’adoption de la proposition de loi d’Yvan Lachaud (Nouveau centre) interdisant phtalates, parabènes et alkyphénols (voir JDLE). Mais la proposition de loi n’a jamais été présentée pour un vote au Sénat, par le gouvernement de l’époque.

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus