Le Cruiser passera l’hiver 2010-2011

Le 08 décembre 2010 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Dans un communiqué publié ce mercredi 8 décembre, le ministère de l’agriculture confirme que l’autorisation d’utiliser le Cruiser 350 en traitement de certaines semences de maïs pour lutter contre le taupin, vient d’être renouvelée. Comme c’est d’ailleurs le cas « chaque année depuis 2008 ».

 

Cette autorisation, rappelle le ministère, « fait suite à l’avis favorable de l’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) du 15 octobre 2010 qui conclut que l’usage delapréparation Cruiser350 sur le maïs ensilage, le maïs grain et le maïs porte-graine femelle ne présente pas de risque pour l’environnement. Cette évaluation est confortée par l’absence d’effets non intentionnels liés à l’usage de ce produit sur les abeilles depuis 2008, relevée grâce aux observations du dispositif de suivi mis en place par les directions régionales de l’alimentation, de l’agriculture et de la forêt dans 6 régions françaises. »

 

L’autorisation délivrée au produit fabriqué par le groupe suisse Syngenta reste accompagnée de conditions d'usage sécurisées « qui seront soumises à des contrôles renforcés », notamment l’obligation de mise en place de déflecteurs sur les semoirs pneumatiques, imposée depuis 2009.

 

Les conditions de sécurité de cette autorisation de mise sur le marché continueront à faire l’objet « d’une vigilance accrue qui pourra conduire à sa suspension en cas d’incident ou de non-respect des préconisations d’emploi ». Dans tous les cas, une nouvelle évaluation sera demandée à l’Anses l’année prochaine.

 

La direction générale de l’alimentation continuera à animer un comité de suivi de ce dispositif associant largement l’ensemble des syndicats professionnels agricoles et apicoles. Après trois années de mise en place de ce protocole, un nouveau réseau sera déployé en 2011, partout en France, pour renforcer les recherches sur les mortalités d’abeilles et la prévention des risques liés aux insecticides, comme l’a recommandé le député Martial Saddier dans son rapport remis au gouvernement pour le développement d’une apiculture durable.

 

A compter de 2011, l’usage des semences enrobées sera comptabilisé dans les objectifs du plan Ecophyto 2018 visant à réduire l'utilisation de pesticides de 50 % dans un délai de 10 ans si possible.

 

Apiculteurs et associations de défense de l'environnement estiment que les pesticides sont en grande partie responsables de la surmortalité des abeilles. Les professionnels se battent depuis des années pour le retrait des néocotinoïdes (Gaucho, Cruiser, Proteus...) du marché, utilisés en enrobage des semences ou en pulvérisation.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus