Le Crédit agricole déboucle ses projets charbonniers

Le 21 mai 2015 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Le groupe bancaire se détourne de l'extraction de charbon
Le groupe bancaire se détourne de l'extraction de charbon

La mobilisation des Amis de la terre auprès des banques françaises vient d’obtenir un nouveau succès avec l’annonce du Crédit agricole, le 20 mai lors de son Assemblée générale, de mettre fin au soutien financier à l’extraction du charbon.

 

Le 27 mars dernier, la banque française avait fait un premier pas en se désengageant des projets charbonniers du bassin de Galilée, dans l’Etat australien du Queensland. Le projet Alpha Coal, notamment, vise à créer une gigantesque mine à ciel ouvert pour extraire 60 millions de tonnes de charbon par an, une voie ferrée de 495 kilomètres de long et l’extension du port d’Abbot Point, dont les rejets de dragage menacent la Grande barrière de corail. La Société générale et BNP Paribas avaient d’ailleurs pris la même décision.  

Aujourd’hui, il s’agit d’un pas supplémentaire. «L’engagement du Crédit agricole est plus ambitieux que celui de Bank of America qui s’est contentée, le 6 mai, d’annoncer une réduction des investissements dans les mines de charbon», souligne Paul Corbit Brown, de l’ONG américaine Keepers of the mountains.

Concrètement, la décision du groupe bancaire français met fin aux financements de projets et de sociétés ainsi qu’aux émissions d’actions et d’obligations liés à l’extraction du charbon.

 

Encore un effort

Mais, comme le relèvent les Amis de la terre, le Crédit agricole pourra toujours financer des projets liés au charbon par d’autres moyens, dont des soutiens aux multinationales spécialisées dans la production minière (comme BHP Billiton, Glencore ou Anglo-American), ou des financements de centrales à charbon ou de producteurs d’électricité à base de charbon. Selon le rapport Banking on Coal publié en octobre 2014 par l’ONG, ces derniers investissements ont représenté 4,7 milliards d’euros entre 2005 et avril 2014 sur 7,1 Md€ de financements charbonniers.

Le désengagement du Crédit agricole- deuxième banque française investie dans le charbon (41% des fonds français) après BNP Paribas (52%)- n’en reste pas moins une bonne nouvelle pour le climat.

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus