Le coût sociétal du carbone fait sa première victime

Le 01 juillet 2014 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Les tombereaux d'Elk West devront attendre.
Les tombereaux d'Elk West devront attendre.
DR

Voilà une décision de justice qui devrait faire jaser, outre-Atlantique. Depuis des années, Arch Coal entend agrandir sa mine de charbon de West Elk, dans le Colorado. Les travaux auraient nécessité la construction de 10 kilomètres de routes, la destruction de 680 hectares d’espaces naturels et le percement d’une cinquantaine de puits d’extraction de grisou (du méthane, un puissant gaz à effet de serre). Petit détail, la mine se trouve en lisière du West Elk Wilderness, un site naturel classé par le Congrès, dont la superficie dépasse les 70.000 ha.
 

La compagnie minière de Saint-Louis projetait d’engager les travaux dès le 1er juillet, mais la cour de district du Colorado en a décidé autrement. Saisie par trois associations écologistes[1], ce tribunal de première instance a stoppé le projet le 27 juin. En cause: l’absence du coût sociétal du carbone dans l’évaluation environnementale réalisée par le Bureau of Land Management et le Forest Service. Une première pour la justice américaine!

 

Pour leur défense, les experts des deux agences fédérales rappellent que les règles de calcul de ce coût sociétal varient grandement en fonction du taux d’actualisation retenu. Ce que confirme d’ailleurs une note réalisée en 2013 par la Maison blanche. En prenant pour base le nombre de tonnes équivalent CO2 qu’aurait rejetées, chaque année, la future mine (1,23 million), les économistes ont calculé le coût pour la société (et le climat) de ces rejets de gaz à effet de serre: entre 6 et 984 millions de dollars (entre 4,4 et 720 M€).

 

Incapables de choisir un chiffre qui satisfasse toutes les parties, les fonctionnaires fédéraux avaient préféré n’en mettre aucun dans leur évaluation. Un choix, estime la cour dans son jugement, qui est « un peu plus important qu’une crotte de mouche».

 

Magnanime, le juge donne un mois aux experts pour se mettre d’accord sur un chiffre. Faute de quoi, Arch Coal risque d’attendre encore un peu de temps avant de contribuer au renforcement de l’effet de serre.



[1] High Country Conservation Advocate, Wildearth Guardians, Sierra Club

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus