Le Costa Concordia, une poubelle aquatique

Le 19 janvier 2012 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Alors que les recherches de survivants ont repris, aujourd’hui 19 janvier, après le naufrage du navire de croisière Costa Concordia au large de l’île italienne de Giglio, le pompage du carburant s’organise pour éviter une marée noire.

 
Il durera entre trois et six semaines, en fonction des conditions météo, selon le directeur des opérations de pompage, Kees van Essen, de la société spécialisée Smit Salvage.
 
Le paquebot contient près de 2.400 tonnes de fioul lourd (semblable à celui de l’Erika, rappelle le Cedre français) au sein de 21 réservoirs. Le carburant étant figé à cause de la température de l’eau, il sera fluidifié par la technique dite «du bouchon réchauffé» avant d’être prélevé.
 
Ensuite, les réservoirs seront remplis d’eau ou d’autres substances liquides pour maintenir la stabilité du navire.
 
Le plan présenté par l’armateur Costa aux autorités italiennes évoque quant à lui 28 jours de pompage. Il visera d’abord les 13 réservoirs extérieurs, puis ceux qui sont situés au centre de la coque.
 
Dans un communiqué, Robin des bois a donné l’alerte, aujourd’hui 19 janvier, sur les autres matières polluantes à bord du navire. «Outre du fioul, du gazole, des lubrifiants et des huiles hydrauliques, il ne faut pas oublier les eaux usées», a-t-elle affirmé.
 
Selon l’association, le Costa Concordia est désormais une poubelle aquatique, pour le moment fermé, de 300 mètres de long, 35 de large, et haute de 13 étages. Elle déborde aussi de déchets d’ameublement, alimentaires, vestimentaires et de résidus médicamenteux et d’hygiène corporelle. Elle contient du chlore dans ses piscines, des déchets d’équipements électriques et électroniques, des câbles, des moquettes et des tissus ignifugés, sans oublier des hectares de verre et des plastiques mélangés… «Au même titre que les carburants, la décharge sauvage du Costa Concordia doit faire l’objet d’un plan de gestion», réclame Robin des bois.
 
Pour rappel, le naufrage a fait 11 morts. 21 personnes sont toujours portées disparues.
 
Le commandant Francesco Schettino est assigné à résidence depuis le 17 janvier. Il est accusé d’avoir provoqué le naufrage en effectuant une manœuvre hasardeuse et d’avoir quitté le navire avant la fin de l’évacuation.
 


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus