Le Conseil se penche sur l’efficacité énergétique

Le 24 novembre 2006 par Claire Avignon
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Le 23 novembre, le Conseil transport, télécommunication et énergie a adopté des conclusions relatives au plan d'action pour l'efficacité énergétique présenté par la Commission européenne. Les Etats membres ont confirmé «leur engagement à collaborer avec la Commission et le Parlement […] en vue de concrétiser, d'ici 2020, le potentiel communautaire d'économie d'énergie estimé à -20%.» Cela doit permettre de réaliser 100 milliards d'euros d'économie par an dans l'Union et 390 méga tonnes équivalent pétrole (Mtep). En ce qui concerne les émissions de gaz à effet de serre, la «réduction des émissions de CO2 de l'UE (sera) plus de deux fois plus importante que ce qu'impose le protocole de Kyoto d'ici 2012.»

Des prescriptions devraient prochainement être appliquées aux produits consommateurs d'énergie, aux bâtiments et aux services énergétiques, avec comme priorités, l'adoption de normes minimales de performance et la réduction de la consommation d'énergie en mode veille. Côté transports, outre les propositions de la Commission, le Conseil propose une série de mesures comme l'installation obligatoire de compteurs de consommation de carburant pour les voitures, les améliorations aérodynamiques, les limitateurs volontaires de vitesse liés au système Galileo, etc. Les Vingt-cinq déclarent également «attendre avec intérêt de recevoir la communication à venir de la Commission sur une stratégie à long terme révisée de réduction des émissions de CO2 produites par les voitures.» L'accord volontaire qui lie la Commission et les constructeurs automobiles pourrait ne pas remplir ses objectifs, la Commission a donc menacé d'introduire une réglementation plus contraignante (1).

Selon les Amis de la terre, l'objectif de réduction de la consommation énergétique de 20% est irréaliste au vu de la politique que souhaitent mettre en place les institutions européennes. Selon Cyrielle den Hartigh, chargée de campagne climat aux Amis de la terre, «l'Europe a un énorme potentiel pour réduire sa consommation énergétique, mais les ministres européens n'arrivent pas à se mettre d'accord sur des mesures concrètes. Les gouvernements doivent troquer leurs grands discours contre une législation forte et des objectifs contraignants. »



(1) Voir l'article du JDLE intitulé «Autos: la Commission voudrait légiférer sur le CO2»




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus