Le Conseil de l’UE rechigne à limiter les émissions de méthane

Le 15 juin 2015 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
L'agriculture européenne émet 40% du méthane
L'agriculture européenne émet 40% du méthane

Le Bureau européen de l’environnement (BEE) n’a pas caché sa déception. Réunis ce 15 juin à Bruxelles, les ministres de l’environnement des 28 Etats membres de l’UE se sont montrés peu enclins à lutter de façon ambitieuse contre la pollution atmosphérique.

Alors que la révision de la directive NEC doit fixer les nouveaux plafonds d’émission autorisés en 2030, certains pays comme la Pologne ou la Roumanie demandent que ces seuils ne soient pas contraignants mais seulement indicatifs…

Autre problème: la Commission européenne souhaitait une réduction de 30% des émissions de méthane d’ici 2030, ce à quoi les Etats membres sont majoritairement hostiles. Le ministre de l’environnement letton, Kaspars Gerhards, a donné le ton. «Pour trouver un compromis entre les Etats membres, nous avons besoin d’objectifs réalistes et flexibles», a-t-il déclaré lors de la conférence de presse.

 

Le lobby des agriculteurs opposé à toute limitation

Il s’agit donc de la deuxième attaque contre une révision ambitieuse de la directive NEC, qui fait partie du paquet sur la qualité de l’air. Le 28 mai dernier, le comité Agriculture du Parlement européen avait en effet adopté un texte pour que l’agriculture soit exemptée des limites d’émissions d’ammoniac et pour que les émissions de méthane ne soient pas plafonnées en 2030. Et pour cause, les agriculteurs européens émettent 90% de l’ammoniac et 40% du méthane.

«Le lobby des agriculteurs est en train de faire tout son possible pour ne pas participer à la lutte contre la pollution atmosphérique et pour une agriculture plus durable. Mais qu’est-ce qui pourrait justifier un statut à part par rapport au secteur des transports et des installations de chauffage, qui sont soumis à des plafonds d’émission?», s’interroge Louise Duprez, chargée de campagne sur la pollution atmosphérique au BEE.

Chaque année, la pollution atmosphérique engendre 400.000 décès prématurés dans l’UE. Selon Bruxelles, une politique ambitieuse pourrait réduire de moitié cette catastrophe sanitaire d’ici 2030. Le méthane est en outre un gaz à effet de serre 25 fois plus puissant que le CO2.

Très importante, la prochaine étape se jouera les 15 et 16 juillet au comité Environnement du Parlement européen.

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus