Le Conseil d’Etat au secours du courlis cendré

Le 27 août 2019 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Le ministère de la transition écologique avait autorisé la chasse de 6.000 individus pendant la saison
Le ministère de la transition écologique avait autorisé la chasse de 6.000 individus pendant la saison

Dans une ordonnance rendue le 26 août, le Conseil d’Etat a suspendu l’arrêté ministériel autorisant la chasse du courlis cendré, une espèce menacée classée sur la liste rouge de l’UICN.

Contrairement à l’avis du Conseil d’experts de la gestion adaptative (CEGA), qui recommandait de stopper sa chasse, le ministère de la transition écologique a autorisé le prélèvement de 6.000 individus pendant la saison. Attaqué par la Ligue de protection des oiseaux (LPO), l’arrêté du 31 juillet 2019 ouvrait la chasse de ce petit échassier dès le 3 août sur le domaine public maritime des départements de la façade de l’Atlantique, de la Manche et de la mer du Nord et à partir du 15 septembre sur le reste du territoire.

Dans son ordonnance, la plus haute juridiction administrative affirme que l’arrêté doit être suspendu «en tant qu’il fixe à un nombre supérieur à zéro le total de prélèvements autorisés de courlis cendrés pour l’ensemble du territoire».

Une décision aussitôt saluée par la LPO. «La stratégie gouvernementale d’utiliser le principe de gestion adaptative dans le but de laisser perdurer la chasse d’espèces sauvages vulnérables est à nouveau mise en échec », affirme l’ONG dans un communiqué.

Le 8 février dernier, le Conseil d’Etat avait déjà suspendu, en référé, un arrêté prolongeant la chasse de quatre espèces d’oies sauvages en février.

La LPO s’inquiète encore du sort qui sera réservé à la tourterelle des bois, «une espèce en très mauvais état de conservation», selon le président de la LPO, Allain Bougrain Dubourg, qui craint qu’un arrêté n’autorise prochainement la chasse de 30.000 individus. Fin juillet, la Commission européenne a mis en demeure la France de respecter la directive Oiseaux, et de stopper les pratiques de chasse non sélectives comme la chasse à la glu et au filet.

 



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus