Le commerce international accentue la déforestation

Le 15 avril 2013 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
La responsabilité de la déforestation n'est pas seulement due à la consommation brésilienne
La responsabilité de la déforestation n'est pas seulement due à la consommation brésilienne

Après de nombreuses évaluations des émissions de dioxyde de carbone liées à la déforestation, une étude, publiée le 4 avril dans la revue Environmental Research Letters, établit un lien entre la déforestation, la production agricole et son commerce international, en se basant sur le Brésil.

Pour rappel, la forêt amazonienne brésilienne a été réduite d’environ 18% entre 1970 et 2010, principalement en raison du changement d’affectation des terres au profit de l’élevage et de la culture de soja (1).

Les scientifiques observent précisément que 30% des émissions de CO2 liées à la déforestation brésilienne (2,7 milliards de tonnes d’équivalent CO2 en 20 ans) sont dues, entre 1990 et 2010, à l’exportation de produits agricoles, dont 71% d’entre elles aux bovins d’élevage et 29% à la production de soja.

L’étude ajoute que la part des exportations destinées aux pays industrialisés (surtout les Etats-Unis et le Royaume-Uni) et aux marchés émergents (en particulier la Chine et la Russie) augmente de façon significative. Or elle montre clairement le lien entre les exportations de bœuf et de soja brésiliens et les émissions de CO2 engendrées par la déforestation.

«Dans la perspective de la consommation, la responsabilité de la déforestation doit être partagée entre le Brésil et les pays destinataires. Le problème brésilien est devenu un problème global», affirme le coordinateur de l’étude, Jonas Karstensen, de l’institut de recherche sur le climat d’Oslo (Cicero).

Au regard de l’ensemble de la chaîne d’approvisionnement, la consommation est le premier responsable des émissions de CO2 dues à la déforestation. C’est le cas de 85% des émissions brésiliennes dues à la production de bœuf et à 50% de la production nationale de soja.

(1)A noter que cette étude ne prend pas en compte le changement indirect d’affectation des sols, comme la production d’agro-carburants.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus