Le collectif 3R attaque le marché du nouvel incinérateur d’Ivry

Le 13 avril 2015 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
A l'usine d'incinération d'Ivry doit succéder un centre multifilières.
A l'usine d'incinération d'Ivry doit succéder un centre multifilières.
Syctom

Il n’aura pas fallu longtemps pour que ses opposants réagissent à la passation du marché des unités d’incinération et de tri-méthanisation d’Ivry Paris XIII. Deux mois après la conclusion du contrat entre le Syctom et le groupement IP13, conduit par Suez Environnement, le collectif 3R annonce, ce lundi 13 avril, avoir déposé un recours devant le tribunal administratif de Paris.

Dans un communiqué commun, les 8 associations expliquent que, malgré son coût (1,8 milliard d’euros sur 23 ans), ce projet «est particulièrement faible sur de nombreux points cruciaux, en particulier le traitement des fumées, la prévention et la maîtrise des nuisances olfactives et des risques incendie et explosion».

pas d'UIOM avant 2019

Selon Nicolas Gardères, l’avocat du collectif, ce projet contrevient également à la directive-cadre européenne de 2008, aux objectifs du Grenelle de l'environnement, et au plan régional d’élimination des déchets, selon lequel «aucune nouvelle capacité d’incinération n'est nécessaire en Ile de France». Ledit plan précise toutefois qu’aucune usine n’est nécessaire dans la région capitale «jusqu’en 2019».

L’Arivem, l’une des associations membres du collectif 3R a déjà obtenu, il y a deux ans, l’annulation de l’autorisation d’exploiter une usine de tri-mécano-biologique et de méthanisation à Romainville.

Piloté par Suez Environnement, Ivry Paris XIII rassemble le groupe Vinci (Vinci Environnement, Chantiers modernes BTP et Vinci Energies), Eiffage TP, Inova, Satelec, le groupe Hitachi Zozen Inova, BG Ingénieurs Conseils et Architectes Ingénieurs Associés (AIA).

Son projet prévoit la construction d’une usine d’incinération de 350.000 tonnes de capacité annuelle et d’une unité de TMB-méthanisation de 310.000 t. L’usine d’incinération doit être mise à feu en 2019, 4 ans avant la mise en service des équipements de méthanisation.

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus