Le CO2 a bondi en 2013

Le 09 septembre 2014 par Romain Loury
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Une hausse de 0,74% entre 2012 et 2013
Une hausse de 0,74% entre 2012 et 2013

En 2013, le taux mondial de CO2 dans l’atmosphère a connu une hausse sans précédent, de 2,9 parties par million (ppm) en un an, révèle l’Organisation météorologique mondiale (OMM) dans son bulletin annuel sur les gaz à effet de serre publié ce mardi 9 septembre.

«La concentration de dioxyde de carbone dans l'atmosphère, loin de diminuer, a augmenté l'an dernier à un rythme inégalé depuis près de 30 ans», explique le secrétaire général de l’OMM, Michel Jarraud. «Nous devons inverser cette tendance en réduisant les émissions de CO2 et d'autres gaz à effet de serre dans tous les domaines d'activité. Le temps joue contre nous.»

Les nouvelles ne sont en effet pas des meilleures: depuis 1984, jamais le taux de CO2 dans l’atmosphère n’avait augmenté aussi vite en une seule année. Avec 2,9 ppm de plus en 2013 qu’en 2012, cette hausse est «plus élevée que celle observée entre 2011 et 2012 (2,2 ppm), que la moyenne des années 1990 (1.5 ppm par an), et que la moyenne des 10 dernières années (2,07 ppm par an)».

En 2013, le taux de CO2 était ainsi de 396 ppm, soit 142% de son niveau préindustriel à 280 ppm. A ce rythme-là, la barre symbolique des 400 ppm, déjà franchie en Arctique, devrait être atteinte au niveau mondial en 2015 ou 2016.

Une variabilité interannuelle selon l’OMM

Certes, la combustion d’énergies fossiles augmente chaque année d’environ 2%. Mais pour l’OMM, telle ne serait pas la cause de cette accélération soudaine du taux de CO2. Selon une évaluation des isotopes de carbone (13 et 12), il s’agirait plutôt de «petits changements dans les flux entre l’atmosphère et la biosphère terrestre» qui, avec les océans, absorbe 55% du CO2 d’origine anthropique. Les chiffres 2013 pourraient donc relever d’une simple variabilité interannuelle, avance l’OMM.

Après plusieurs années à niveau stable, le méthane poursuit sur sa lancée depuis 2007, avec une augmentation de 6 parties par milliard (ppb) entre 2012 et 2013, année où il a atteint 1.824 ppb. Même phénomène pour le protoxyde d’azote (+0,8 ppb entre 2012 et 2013), bien qu’en léger ralentissement par rapport à l’année précédente (+0,9 ppb entre 2011 et 2012).

Dans un rapport remis lundi au ministère de l’écologie, l’Observatoire national sur les effets du réchauffement climatique (Onerc) dresse un panorama de ce qui attend la France d’ici la fin du siècle, pour plusieurs des scénarios établis par le Groupe intergouvernemental d’experts sur l’évolution du climat (Giec). Parmi eux, celui d’une hausse de seulement 2°C par rapport à l’ère préindustrielle, qui au rythme actuel, paraît de plus en plus optimiste.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus