Le climat passera par eux

Le 27 mai 2019 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
L'Europe devra rehausser son ambition climatique.
L'Europe devra rehausser son ambition climatique.
NASA/GISS

Parmi les 79 nouveaux eurodéputés français, une poignée se sont déjà taillé une solide réputation sur le climat. Il faudra compter avec eux pour rehausser l’ambition communautaire en la matière.

 

Le climat sera probablement l’un des sujets-phares de la prochaine mandature européenne. Certes, le sujet a déjà été grandement balisé avec l’adoption récente du paquet hivernal. Ce train de mesures a redonné du peps au marché européen du carbone (le prix moyen du quota a triplé en quelques semaines). Ces directives et règlement ont aussi permis de réviser à la hausse les objectifs européens en matière d’énergies renouvelables, d’efficacité énergétique et de diminution des émissions de gaz à effet de serre. Pas mal.
Mais il faudra faire mieux. L’abattement des émissions des pays de l’Union européenne est notoirement insuffisant (comme partout) pour stabiliser le réchauffement à un niveau fixé par l’Accord de Paris. Dans bien des domaines, l’Europe doit renforcer ses défenses face aux conséquences du réchauffement: montée du niveau de la mer, modification du cycle de l’eau, augmentation du nombre d’événements climatiques extrêmes, etc.

Notre affaire à tous

Un nouvel élan devra donc être donné aux politiques liées à ces problématiques: énergie, infrastructures, politique agricole commune, pour ne citer que les plus évidentes.

Le bataillon des nouveaux eurodéputés écolo compte plusieurs spécialistes de ces questions. A commencer par Marie Toussaint. Située en 4e position sur la liste Europe Ecologie-Les Verts (EELV), cette Lilloise d’origine et Bordelaise d’adoption a quelques connaissances sur le sujet. Diplômée en droit international de l’environnement, la trentenaire a travaillé avec François Gemenne sur les migrations climatiques. Devenue directrice de cabinet de la maire-adjointe de Paris en charge de l’économie sociale et solidaire, l’ancienne responsable des Jeunes écologistes quitte son poste pour fonder Notre affaire à tous. Cette association est à l’origine de l’Affaire du siècle, pétition qui a recueilli plus de deux millions de signatures dans les derniers jours de l’année passée. Le 14 mars dernier, l’ONG a déposé plainte contre l’Etat français pour laxisme climatique.

Marie Toussaint

Retour à la case Europe pour Pascal Canfin. Ancien journaliste (chez notre confrère Alternatives Economiques), cet autre Nordiste a commencé sa carrière comme consultant en ressources humaines, avant de s’engager en politique. Ce sera d’abord à Nouvelle Donne, où il rencontrera un certain Pierre Larrouturou. Puis chez Les Verts, en 2001. Entre 2004 et 2009, il mène de front carrières journalistique et politique. Avant d’être élu député européen, en 2009. A Bruxelles et Strasbourg, il se taille une réputation de pourfendeur des travers de la finance internationale. Nommé en 2012 ministre chargé du développement international, il est l’une des chevilles ouvrières de la préparation de la COP 21. Après sa démission en mars 2014, il intègre le World Resources Institute (WRI), l’un des plus influents groupes de réflexion US sur le climat. Co-rédacteur de rapports sur les moyens d’inciter la finance à investir dans l’adaptation et l’atténuation, Pascal Canfin prend, en janvier 2016, la direction de la branche française du WWF. A ce titre, il intègre début 2019 le tout nouveau Haut Conseil pour le climat. Une fonction que le quadra n’exercera que fugacement. Sa candidature, dans la liste Renaissance, aux élections européennes l’oblige à céder sa place, toujours vacante.

Pascal Canfin

La politique l’a toujours démangé. A 55 ans, Pierre Larrouturou a pratiquement tout essayé pour faire passer ses idées sur la ‘semaine de 4 jours’ ou la lutte contre le réchauffement: candidatures aux élections régionales (une fois), législatives (une fois), européennes (deux fois) et même présidentielles (deux fois), adhésion au PS (trois fois) et aux Verts (une fois), création de ses mouvements (Cap4J/5, Nouvelle Donne, Urgence sociale, Nouvelle gauche, comité Roosevelt). Co-initiateur avec Jean Jouzel du pacte Finance Climat, l’ancien consultant veut créer une banque européenne chargée de juguler la crise climatique. Après avoir proposé ses services à de nombreuses formations engagées dans les Européennes, il a trouvé abri au sein de l’alliance Place publique-PS, où il ne compte pas que des amis.

Pierre Larrouturou

Le climat? Nicolas Bay est l’un des rares à en parler au Rassemblement national. Non pas pour s’inquiéter de la montée du mercure planétaire. Mais bien pour s’interroger à haute voix sur l’origine anthropique du dérèglement climatique. «Ce sont des sujets qu'il ne faut pas appréhender de façon très dogmatique. On a l'impression que c'est devenu une idéologie. Laissons les scientifiques travailler», estimait, en mai 2017, l’ancien co-président du groupe Europe des nations et des libertés au Parlement européen. Dans son dernier rapport, le Giec[1] rappelle que «les activités humaines ont provoqué un réchauffement global de 1°C environ par rapport à l’ère pré-industrielle.» Fin du pseudo-débat. 



[1] Giec: Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat

 



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus