Le climat découvre le social

Le 07 décembre 2018 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Pour Laurence Tubiana, la transition écologique doit être inclusive.
Pour Laurence Tubiana, la transition écologique doit être inclusive.

En Pologne, comme en France, la lutte contre le réchauffement effraie certaines catégories de la population qui craignent d’être les laissés-pour-compte de cette transition.

 

Les plus anciens d’entre nous auront du mal à y croire. Ce jeudi, le syndicat Solidarité a signé une tribune appelant les délégués de la COP 24 à se référer à la ‘vraie’ science et non à celle véhiculée par le Giec et l’ONU. A la décharge des héritiers du prix Nobel de la paix Lech Walesa, le texte avait été rédigé par l’Heartland Institude, lobby climato-sceptique américain. Est-ce à dire que le mythique "Solidarnosc", ce syndicat qui a tenu tête aux Soviétiques pendant la guerre froide, a viré sa cuti humaniste? Probablement pas.

inquiétude des mineurs

Ce texte exprime plutôt l’inquiétude des mineurs de charbon syndiqués qui, nécessairement, voient en la COP de Katowice une menace pour l’avenir industriel de leur région, la Silésie. Ce n’est pas un fantasme. Du temps de la Pologne communiste, l’agglomération de Katowice comptait une quinzaine de mines de charbon en activité. Deux, seules, subsistent. Et malgré l’annonce récente de l’ouverture de nouvelles veines, le cœur n’est pas à la fête. Le ministère de l’énergie prévoit de faire passer la part du charbon dans le mix énergétique national de plus de 80% à 60% d’ici 2030. Alors, oui, les 100.000 gueules noires polonaises se font du mouron. Et le font savoir.

parler à 5 millions de Silésiens

Les acteurs de la lutte contre le réchauffement (re) découvrent que la chasse au carbone peut avoir de lourdes conséquences sociales. Dans son discours d’ouverture, le président de la COP n’a pas dit autre chose. «Comment dire à 5 millions de Silésiens, de bouger, que leur monde n’est plus?», s’est interrogé Micha? Kurtyka. Et le secrétaire d’Etat au ministère polonais de l’énergie de répondre à sa propre question: «Premièrement, ils ont besoin d’une vision et d’espoir. […] Deuxièmement, ils ont besoin d’être sûrs qu’ils ne seront pas abandonnés pendant cette transition. Troisièmement, ils ont besoin du code qui leur permettra d’emprunter sans risque la route que nous leur ouvrons

trouver des solutions ensemble

Ce qui est une évidence pour les travailleurs sociaux qui ont accompagné la restructuration des régions minières en France, au Royaume-Uni ou en Allemagne semble être une nouveauté pour nombre des professionnels des COP. La transition énergétique entraîne des bouleversements énergétiques, industriels et, conséquemment, sociaux. Réagissant à la crise française des Gilets jaunes, Laurence Tubiana en convient. «La transition vers une économie plus verte, plus propre ne peut pas être décidée du haut vers le bas. Elle doit être totalement inclusive. Nous devons trouver des solutions tous ensemble», a twitté l’ancienne cheville ouvrière de la COP 21. Pour ne pas l’avoir compris assez tôt, le gouvernement d’Edouard Philippe a dû sacrifier la taxe carbone sur l’autel de la paix sociale.

18 millions d'emplois

Le bureau international du travail a beau annoncer que la transition écologique créera 18 millions d’emplois de plus qu’elle n’en détruira, les futurs chômeurs n’en démordent pas: ils veulent être soutenus. A commencer par les mineurs allemands qui s’angoissent chaque jour un peu plus de l’annonce que doit faire d’un jour à l’autre la commission fédérale sur la sortie du charbon.

exemple canadien

Pays pionnier de la tarification du carbone, la Colombie britannique n’a jamais oublié que le développement durable reposait sur trois piliers: l’économique, l’environnemental et le social. Dix ans après avoir instauré la première taxe carbone du continent américain, la province canadienne révise son dispositif anti-réchauffement. Les normes de construction seront fortement durcies, la vente de véhicules à moteur thermique sera interdite en 2040, les décharges seront systématiquement équipés de systèmes de valorisation du biogaz, les industriels bénéficieront d’un coup de pouce pour améliorer l’efficacité énergétique de leurs installations.

n'oublions pas les "vrais gens"

Les ‘vrais gens’ ne sont pas oubliés par le CleanBC Plan: aides à l’achat et l’installation de pompes à chaleur et de climatiseurs efficaces, subventions à la rénovation des logements. Le gouvernement régional financera aussi le remplacement des générateurs diesel par des panneaux photovoltaïques ainsi que l’achat de véhicules électriques. Pareils soutiens existent aussi en France. Mais, contrairement à la Colombie britannique, ils sont souvent peu connus, complexes à mobiliser (pour la rénovation des logements, notamment). De quoi donner le sentiment que la transition est un sport de riche.



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus