Le CICR sensibilise à la gestion des déchets médicaux

Le 13 février 2012 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Le Comité international de la Croix-Rouge vient de publier un guide pour bien gérer les déchets médicaux au sein de ses nombreuses missions. Un document utile à toutes les structures sanitaires et un pas de plus des ONG médicales en faveur de la protection de la santé et de l’environnement.

Selon le CICR, entre 10 et 25% des déchets de soins dans le monde présentent un risque infectieux, toxique, traumatique ou radioactif. Le manuel qu’il publie ne compte pas se substituer aux plans d’élimination des déchets en vigueur dans ses pays d’intervention. Il vise surtout à publier une feuille de route universelle, applicable dans les hôpitaux qu’il gère ou tout simplement qu’il soutient.

Les déchets dangereux se divisent en cinq 5 catégories : les déchets piquants, les déchets présentant un danger de contamination (anatomiques ou infectieux), les déchets de médicaments (chimiques, cytotoxiques (1) ou contenant des métaux lourds), les réservoirs sous pression et les déchets radioactifs.

Ces risques sont loin d’être anodins. Selon l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), les accidents liés aux déchets piquants et tranchants ont causé, en 2000, 66.000 cas d’infection par le virus de l’hépatite B, 16.000 cas d’hépatite C, et jusqu’à 5.000 cas d’infections aux VIH.

Le rapport du CICR dresse un état des lieux de la survie des principaux éléments pathogènes dans le temps et encourage la protection particulière des employés en charge des déchets. Ils sont en effet exposés à un risque d’infection 6 fois plus élevé que le commun des mortels, à un risque de contracter une maladie pulmonaire 2,6 fois plus élevé, une bronchite chronique 2,5 fois plus élevé et une hépatite 1,2 fois plus élevé.

Si le manuel rappelle la législation internationale, comme la Convention de Bâle sur le contrôle des mouvements transfrontaliers de déchets dangereux, il note aussi qu’un projet, actuellement financé par l’Alliance mondiale pour les vaccins et la vaccination (GAVIGavi), en collaboration avec l’OMS, vise à aider 68 pays à travers le monde à adopter un plan de gestion des déchets d’activités de soins (36 pays d’Afrique, 6 pays d’Amérique du Sud, 4 pays du Moyen-Orient, 8 pays européens, et 14 pays asiatiques).

Pour en savoir plus :
http://www.scribd.com/icrcdocs/d/81193685-Manuel-de-gestion-des-dechets-medicaux#outer_page_8

(1)    Déchets issus des traitements anticancéreux
 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus