Le chlorpyriphos, autorisé sur la base d’études trompeuses

Le vendredi 16 novembre 2018 à 17h 41 par Romain Loury
Le chlorpyriphos-méthyl
Le chlorpyriphos-méthyl

Après l’herbicide glyphosate, au tour du l’insecticide chlorpyriphos: publiée jeudi 15 novembre dans la revue Environmental Health, une étude révèle d’importants biais d’interprétation, lors d’études de toxicité commandées par le fabricant. Une tromperie passée inaperçue des autorités de régulation des pesticides.

Extrait : Comme d’autres organophosphorés, le chlorpyriphos agit en inhibant l’enzyme acétylcholinestérase. Il empêche ainsi la dégradation de l’acétylcholinestérase, neurotransmetteur dont l’accumulation dans le cerveau entraîne...

comment lire l'article complet ?

Vous êtes abonné

Saisissez vos codes d’accès :

Mot de passe perdu?
Cliquez ici

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous au JDLE et soyez au cœur de l’information professionnelle en Hygiène, Sécurité et Environnement.

Découvrez notre offre d’abonnement :

  • - Un accès simple à toute l’actualité HSE pour une meilleure maitrise des risques
  • - Une communauté de professionnels et un outil d’échange pour partager vos retours expériences
  • - Une newsletter quotidienne pour ne pas passer à côté de l’information

en savoir plus

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus