Le chlordécone assigné au tribunal

Le 02 juillet 2018 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Le chlordécone a été pulvérisé aux Antilles entre 1997 et 1993 pour lutter contre le charançon du bananier
Le chlordécone a été pulvérisé aux Antilles entre 1997 et 1993 pour lutter contre le charançon du bananier

 

Une association guadeloupéenne a déposé, le 29 juin devant le tribunal administratif de Paris, un recours contre l’arrêté fixant le seuil de chlordécone autorisé dans les produits alimentaires.

 

Soutenu par les eurodéputés Michèle Rivasi (EELV) et Younous Omarjee (LFI), l’action de EnVie-Santé vise à faire abroger l’arrêté du 30 juin 2008 relatif aux limites maximales de résidus (LMR) de chlordécone que ne doivent pas dépasser certains denrées alimentaires d’origine végétale et animale pour être reconnues propres à la consommation humaine.

 

Limites inadéquates

L’association guadeloupéenne estime que les LMR sont inadaptées «aux seuils de valeur toxicologiques de référence», «en violation du principe de précaution», ce qui provoque «une rupture d’égalité entre les population antillaise et métropolitaine». Elle va également demander des réparations dans le cadre de l’enquête ouverte par le pôle Santé du tribunal de grande instance de Paris pour «mise en danger d’autrui».

Interdit dès 1977 aux Etats-Unis et en 1990 en France, ce puissant insecticide a été massivement utilisé aux Antilles entre 1972 et 1993[1] pour lutter contre le charançon du bananier. Reconnu comme cancérogène, ce perturbateur endocrinien contamine toujours les sols antillais ainsi que certains aliments et captages d’eau potable.

 

Explosion des cancers de la prostate

Selon le toxicologue André Cicoletta, président du Réseau Environnement Santé, «le chlordécone est responsable d’une explosion des cancers de la prostate aux Antilles, avec 227 cas pour 100.000 personnes en Martinique et 184 en Guadeloupe. Soit deux fois plus qu’en métropole.»

 

Commission d’enquête parlementaire?

Les deux eurodéputés demandent de leur côté la création d’une commission d’enquête parlementaire, des mesures d’urgence pour l’alimentation des femmes enceintes et des jeunes enfants aux Antilles et un colloque sur le sujet à l’Assemblée.

 



[1] Selon une dérogation visant les Antilles entre 1990 et 1993

 



Sites du groupe
Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus