Le chasseur moins exposé au plomb

Le 22 janvier 2014 par Romain Loury
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
La grenaille plombe la santé des consommateurs.
La grenaille plombe la santé des consommateurs.
DR

L’interdiction de la grenaille de plomb lors de la chasse au gibier d’eau a fait baisser le risque d’exposition du consommateur à ce métal lourd fortement toxique, selon une étude espagnole publiée dans la revue Environment International.

Interdite aux Etats-Unis depuis 1991, la grenaille de plomb ne l’a été que plus récemment en Europe, notamment en France depuis 2005 -depuis un arrêté du 21 mars 2002. Ne s’appliquant qu’au gibier d’eau, et non au gros gibier, cette interdiction ne concerne que les zones humides.

Persistant dans l’environnement, la grenaille de plomb engendre une pollution des plus toxiques, aussi bien pour les animaux que pour les humains qui les consomment -notamment les chasseurs et leur famille. Car les canards, sarcelles et autres gibiers d’eau sont particulièrement chargés en plomb, dont ils s’imprègnent par la grenaille nichée dans leur chair, à l’occasion d’un tir non mortel.

Mais pas seulement: la grenaille de plomb est tellement abondante dans l’environnement qu’elle est fréquemment ingérée par ces oiseaux, et se retrouve ainsi dans leur gésier. En Espagne, pays où elle est interdite depuis octobre 2001, le delta de l’Ebre (au sud de Barcelone) présente une densité allant de 97 à 266 grenailles de plomb par mètre carré, dans les 20 premiers centimètres de sédiments, rappellent Mateo Soria, de l’institut de recherche sur les ressources cynégétiques de Ciudad Real, et ses collègues.

Or selon l’étude que les chercheurs ont menée sur 937 oiseaux abattus par des chasseurs dans le delta de l’Ebre entre 2007 et 2012, l’interdiction, qui semble désormais bien respectée, a eu un impact certain: chez les canards colverts, seuls 15,5% portaient de la grenaille de plomb dans le gésier, contre 30,2% lors d’une étude menée dans les années 1990.

Chez d’autres espèces, la situation demeure toujours aussi préoccupante: 84% des canards pilets, par exemple, ayant encore de la grenaille de plomb dans le gésier.

 

Moins de plomb dans la viande

Selon les chercheurs, la présence de plomb dans la viande semble s’atténuer rapidement: au cours de la saison 2008-09, 2,5% des colverts analysés se situaient au-dessus de la limite maximale de résidus (LMR) européenne -fixée à 0,3 microgramme par gramme-, contre 33,9% lors de la saison précédente. La même tendance était observée pour l’ensemble des espèces analysées.

Malgré les progrès confirmés par ces travaux, les recommandations émises en 2012 par l’Agence espagnole de sécurité sanitaire des aliments et de nutrition (Aesan) semblent toujours d’actualité: il est fortement conseillé aux femmes enceintes et aux enfants de moins de 6 ans de ne pas consommer de viande d’animaux tués par des balles de plomb.

 



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus