Le charbon perd du terrain en Europe

Le 05 février 2020 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
En important de l'électricité carbonée, l'Europe minore ses bonnes performances climatiques.
En important de l'électricité carbonée, l'Europe minore ses bonnes performances climatiques.
Eskom

 

Les émissions de CO2 du secteur électrique européen ont fortement décru, l’an passé. La croissance annoncée des importations d’électricité carbonée pourrait inverser la tendance.

2019 fut un bon cru pour l’électricité décarbonée, en Europe. Dans l’étude qu’ils publient, ce 5 février, Sandbag et Agora Energiewende montrent la montée irrépressible des sources de production d’électricité décarbonée dans le bouquet énergétique européen.

L’an passé, les énergies renouvelables et nucléaire ont injecté 1.936 TWh sur les réseaux des 28 : 60% de l’électricité produite. En 2018, leur part de marché n’était que de 55% et 48% quatre ans auparavant. La décarbonation du secteur électrique est bien en marche.

Plusieurs facteurs expliquent pareille tendance. Conjoncturels, tout d’abord. En raison d’un hiver clément et d’une production industrielle stagnante, la consommation d’électrons a baissé de 1,7%, soit 56 TWh.

conjoncturel et structurel

Structurellement, les pays membres de l’Union européenne (UE) doivent atteindre les objectifs de production d’électricité à partir d’énergies renouvelable, fixés par le paquet énergie climat 2020. Les opérateurs mettent en service à tour de bras de  nouvelles installations. Entre 2018 et 2019, les parcs éoliens et photovoltaïques ont vu leur production bondir, respectivement, de 14% et de 7%. L’an passé, les énergies renouvelables électriques (hydraulique, éolien, photovoltaïque et biomasse) ont généré 35% du courant consommé en Europe: un record.

compétition entre fossiles

Plus contraignant, peut-être, a été le renchérissement récent du prix des quotas d’émission de gaz à effet de serre (GES) qui a fortement accru les coûts de production des centrales à énergie fossile.

Moins compétitives, les installations carburant au charbon et au lignite, en tête ont, respectivement, réduit leur production de 32% et de 16%. Moins taxées, leurs concurrentes consommant du gaz naturel ont, elles, accru de 12% la leur.

Le bilan de cette compétition entre fossiles reste positif. A 1.554 millions de tonnes, les émissions annuelles de CO2 du secteur électrique européen baissent de 12% entre 2018 et 2019 (soit 120 Mt). Du jamais vu en période de croissance économique!

un rythme inédit

Globalement, indiquent les rapporteurs, les rejets de GES des 11.000 sites industriels participant au système communautaire d’échanges des quotas d’émissions de gaz à effet de serre (ETS) ont baissé de 8% l’an passé: un rythme annuel plus de trois fois supérieur à celui constaté, en moyenne, depuis 2005.

Dans un rapport séparé, Sandbag met toutefois le doigt sur une réalité parfois occultée par les électriciens européens : l’importance croissante des importations d’électricité par les 27. L’an passé, souligne le consultant britannique, les pays soumis à l’ETS ont acheté 21 TWh à leurs voisins non membres de l’UE. Cela reste négligeable au regard de la consommation européenne (0,6%). Toutefois, ce chiffre a septuplé entre 2017 et 2019.

gare aux importations

Et nombre des pays exportateurs (Russie, Maroc, Bosnie-Herzégovine, Turquie, Moldavie, Ukraine) disposent d’un bouquet électrique des plus carbonés, garanti sans taxe carbone. En important cette électricité à bas coût, les Européens ont indirectement émis 26 millions de tonnes de CO2 : le quart de leurs économies d’émission réalisées dans le cadre de l’ETS! Ce piètre bilan pourrait d’ailleurs s’alourdir.

Les «fournisseurs» de l’UE prévoient d’accroître de 57 GWe leurs capacités de production au charbon. Et pour fluidifier les échanges, l’Union européenne veut, de son côté, augmenter d’un tiers la capacité des interconnexions avec la Bosnie, l’Ukraine, la Serbie, la Macédoine et les pays du Maghreb et du Machrek. De quoi casser les prix de l’électricité et la dynamique de décarbonation du secteur électrique communautaire.