Le charbon, de moins en moins rentable

Le 03 décembre 2018 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Les Etats-Unis fermeront le tiers de leurs centrales au charbon entre 2014 et 2024.
Les Etats-Unis fermeront le tiers de leurs centrales au charbon entre 2014 et 2024.

A en croire les statistiques du département américain à l’énergie et les analyses de CTI, les centrales au charbon affichent des pertes économiques au compteur. Avec déjà des conséquences à la clé.

 

Nouveau coup dur pour Donald Trump. Malgré ses discours de soutien aux mineurs et ses tentatives de subventionner la production de charbon américain, la consommation interne devrait fortement reculer. Dans une note, datée du 28 novembre, deux analystes de Standard & Poor’s (SP) font leur bilan. En décortiquant les annonces des exploitants de centrales et les statistiques officielles, Taylor Kuykendall et Ashleigh Cotting estiment que 14.300 MW de capacités au charbon seront fermées cette année: deux fois plus qu’en 2017. Et les perspectives ne sont pas bonnes. Selon SP, plus de 23.100 GW devraient être arrêtées entre 2019 et 2024.

72 GW arrêtés entre 2014 et 2024

Sur la période 2014 et 2024, ce sont donc 72.000 MW de capacités au charbon qui cesseront de produire du courant et d’émettre du CO2: plus du tiers du parc américain carburant au lignite ou au charbon sera ainsi victime de l’effondrement des coûts de production des centrales éoliennes et solaires et des prix toujours bas du gaz made in USA.

Le plus grand nombre de sites à fermer se trouve dans la région des grands lacs, au Texas, en Utah et en Arizona, ainsi que dans le nord-ouest du pays (Oregon et Etat de Washington et en Floride).
Les compagnies qui produiront les plus gros efforts sont First Energy, Vistra et AEP : à elles seules, ces trois entreprises fermeront plus de 13.000 MW d’ici à 2024.

charbon vs. gaz

Avec des conséquences sur la demande de charbon. Selon le service de statistique du département US à l’énergie, le secteur électrique devrait réduire de 13% sa demande de la plus carbonée des énergies fossiles entre 2016 et 2019. L’impact climatique de cette évolution devrait néanmoins être modeste. L’essentiel de l’économie d'émission imputable à la baisse du charbon (un peu moins de 200 MtCO2) devant être compensé par une montée en puissance du parc de centrales au gaz.

Le mouvement de "décharbonisation" du secteur électrique américain pourrait contaminer l’ensemble de la planète électrique, estiment les experts de Carbon Tracker Initiative (CTI). Dans un rapport, mis en ligne la semaine dernière, CTI estime que 42% de la flotte mondiale de centrales au charbon (6.700 installations) produisent déjà à perte. Avec la sévérisation des normes de qualité de l’air et l’alourdissement de la contrainte carbone, cette proportion pourrait atteindre 72% du parc mondial en 2040.



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus