Le changement climatique va-t-il tuer le ski pyrénéen?

Le 11 février 2015 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
La Cour des comptes pointe les difficultés majeures des stations pyrénéennes
La Cour des comptes pointe les difficultés majeures des stations pyrénéennes

Les stations de sport d’hiver des Pyrénées seront-elles les premières victimes françaises du réchauffement climatique? Pas impossible à en croire le rapport annuel de la Cour des comptes. Dans un court chapitre, les magistrats rappellent les «difficultés majeures» auxquelles sont confrontées la trentaine de stations pyrénéennes. Des difficultés indirectement imputables aux changements climatiques.

 

Ces dernières années, les Pyrénées ont vu leur enneigement se réduire comme peau de chagrin. De plus, la puissance des vents est devenue croissante dans certaines stations, comme Peyragudes, -de quoi pénaliser la fréquentation.

«L’instabilité climatique» n’est pas près de s’éteindre sur le massif. Selon les modèles établis par Météo France, les températures moyennes devraient progresser de plus de 1°C d’ici 2030 et de plus de 3°C à l’horizon 2080.

L’impact du réchauffement est d’autant plus fort que l’altitude de la station est faible. «Au cours des 10 dernières années, la station de Camurac, qui ne possédait pas d’équipement d’enneigement artificiel, a ouvert moins de 25 jours pendant trois saisons.» De quoi plomber les finances des stations.

Certes, d’un site à l’autre, les situations sont contrastées. Mais globalement, la situation du secteur est préoccupante. Les bilans financiers des Angles ou de Luz-Ardiden sont inquiétants. La cour régionale des comptes s’est même interrogée, en septembre dernier, sur la poursuite de l’activité de cette dernière. La station du Puigmal n’a pas eu de sursis. Croulant sous 9 millions d’euros de dettes, sa structure intercommunale a été liquidée. Aux Angles, l’endettement de la station atteint le chiffre effarant de 50.000 € par habitant.

Souvent incapables d’investir, les stations voient leur matériel vieillir à vitesse grand V. L’âge moyen des téléskis est ainsi supérieur à 9 ans.

Face à une telle situation, les magistrats craignent que les édiles pyrénéens ne s’engagent dans une «fuite en avant». Certaines collectivités affichent déjà des comptabilités assez créatives. D’autres tentent d’installer de nouveaux équipements dans des zones protégées. Autant de tentatives qui sont sanctionnées par les magistrats, financiers ou administratifs.

Pour essayer de sauver ce qui peut l’être, la Cour fait deux types de recommandations: réduire les coûts (en mutualisant les achats, par exemple) et surtout élaborer un «projet de territoire […] pour trouver de nouveaux relais de croissance».

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus