Le changement climatique réduit la biomasse des grands fonds océaniques

Le 07 janvier 2014 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Les grands fonds de l'Atlantique Nord seront particulièrement touchés
Les grands fonds de l'Atlantique Nord seront particulièrement touchés

Pour la première fois, une étude quantifie les pertes de biomasse attendues, à l’horizon 2100, dans les profondeurs océaniques, en raison du changement climatique.

Les écosystèmes les plus profonds ne sont pas non plus à l’abri du changement climatique… Telle est la conclusion de cette étude internationale, associant le Laboratoire des sciences du climat et de l’environnement (LSCE), le Centre océanographique national du Royaume-Uni, l’université canadienne de Newfoundland et l’université australienne de Tasmanie.

 

Publiés le 31 décembre sur le site de la revue Global Change Biology, ces nouveaux travaux montrent que la biomasse des organismes vivant dans les grands fonds océaniques devrait décliner, au cours du siècle (1), de 38% dans l’Atlantique Nord et de plus de 5% à l’échelle planétaire par rapport à la situation actuelle.

 

Les chercheurs ont basé leurs recherches sur 8 modèles climatiques (notamment la dernière génération développée par l’Institut Pierre-Simon Laplace), afin d’évaluer les altérations du transport de nourriture de la surface vers les grands fonds, et les ont reliés aux relations empiriques existant entre les apports de nourriture et l’évolution de la biomasse.

 

Vers une stratification des océans

 

De nombreuses études climatiques suggèrent en effet qu’un climat plus chaud et plus humide dans les hautes latitudes provoquera un ralentissement de la circulation océanique à grande échelle et une séparation accentuée entre les masses d’eau de température et de salinité différentes, c’est-à-dire une «stratification» des océans. C’est ce phénomène qui modifie le cycle des sels nutritifs et réduit les premiers maillons de la chaîne alimentaire océanique.

 

Si la chute de la biomasse ne sera pas homogène au sein des grands fonds planétaires, elle devrait dépasser 80% des habitats majeurs, comme les récifs de coraux profonds, les monts marins et les canyons. L’étude montre aussi que la taille des organismes vivant dans les grands fonds sera réduite.

 

(1)la période 2091-2100 est comparée à la période 2006-2015

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus