Le carbone européen prend des couleurs

Le 25 mai 2018 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Le prix mondial du CO2 a bondi de 77% en un an.
Le prix mondial du CO2 a bondi de 77% en un an.
JDLE

Sous la poussée de l’ETS, le prix du carbone mondial a bondi de 77% en un an. Une tendance qui pourrait se poursuivre.

Les lecteurs attentifs l’auront remarqué: depuis quelques semaines le prix mondial du carbone (WCP), calculé par le JDLE, s’est envolé. Jeudi 24 mai, pour la première fois de son histoire, le WCP franchissait la barre des 11 euros par tonne de CO2: en hausse de 77% en un an! Pas si mal, pour un marché que l’on disait moribond, il n’y a pas si longtemps encore.

Pesant près de 45% dans l’indice du WCP, le système communautaire d’échange de quotas d’émission de gaz à effet de serre (ETS) est le principal moteur de cette inflation. Phénomène qui n’étonne pas Emilie Alberola: «le prix du quota européen atteint les 16 euros, ce qui ne s’était plus vu depuis le printemps 2011».

contrecoup de Fukushima

A l’époque, l’Europe de l’énergie venait de subir un contrecoup inattendu de la catastrophe de Fukushima: l’annonce par le gouvernement Merkel de la fin du nucléaire allemand. De quoi redonner aux exploitants des centrales thermiques de belles perspectives, ainsi qu’au marché européen du carbone.

La situation a sensiblement évolué en sept ans. «Avec la reprise de l’activité économique, les industriels européens recommencent à consommer de plus en plus d’énergie et notamment de l’électricité», poursuit la responsable des politiques climatiques et marchés d’Eco Act. De quoi créer quelques tensions sur les marchés de l’énergie, fossiles notamment. Des tensions renforcées par les soubresauts de la géopolitique.

réserve de marché

Mais ce n’est pas tout. «Si traders et brokers retrouvent le chemin de l’ETS, c’est bien parce qu’ils jugent de nouveau cet outil crédible, depuis la révision de la directiveEn «gelant» toujours plus de surplus de quotas, la réserve de marché nouvelle formule redonne de la rareté au quota de GES européen, favorisant la montée de son prix.

Autre facteur d’amélioration: une nouvelle révision du mécanisme devant intervenir en 2021. A cela, il faudra ajouter le bilan mondial des NDC, prévu pour 2023 par l’Accord de Paris. Une échéance dont l’UE devrait se saisir pour renforcer encore sa politique climatique.

Va-t-on assister à une irrépressible montée du prix du carbone européen ? Difficile à dire. Car, trois grandes incertitudes pèsent encore sur l’ETS : la date de la sortie du charbon allemand, la mise en œuvre du prix plancher du carbone en France. Sans oublier les conséquences de la sortie du Royaume-Uni de l’UE. «En principe, cela devrait renforcer l’effort à produire pour les autres assujettis à l’ETS, mais nul n’est encore capable d’évaluer l’importance de cet effort», conclu Emilie Alberola.



Sites du groupe
Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus