Le Canada veut imposer sa souveraineté en Arctique

Le 30 janvier 2009 par Sonia Pignet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Le gouvernement canadien a déposé mercredi 28 janvier un projet de loi visant à étendre de 100 à 200 milles marins (soit environ 555 kilomètres) son contrôle sur les eaux arctiques.

Annoncé l’été dernier, cet élargissement de la juridiction canadienne permettrait de doubler la superficie de la zone d’application de la réglementation environnementale canadienne, tout en asseyant, bien sûr, le contrôle économique de la zone par le Canada. En effet, avec la fonte des glaces, l’Arctique attise les convoitises: les Etats-Unis estiment qu’il possède probablement le quart de toutes les ressources en hydrocarbures non découvertes sur la planète.

«Les mesures introduites aujourd’hui permettront un trafic sûr et compatible avec le respect de l’environnement dans les eaux arctiques», a déclaré le ministre en charge des transports John Baird à l’AFP. Elles viennent s’ajouter à plusieurs initiatives canadiennes pour s’assurer du contrôle de cette région, telles que la construction de nouveaux brise-glaces ou la militarisation du contrôle du trafic dans le passage du Nord-Ouest.

La distance de 200 milles marins au large des côtes représente la taille de la zone économique exclusive maximum autorisée par le droit international pour les 5 pays arctiques (Canada, Danemark, Etats-Unis, Norvège et Russie).


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus