Le Canada ne respectera pas Kyoto

Le 30 avril 2007 par Bérangère Lepetit
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Le gouvernement canadien a confirmé jeudi 26 avril que le pays ne pourrait pas respecter le protocole de Kyoto signé en 1997 par un précédent gouvernement. Le plan canadien sur le climat dévoilé à Toronto par le ministre en charge de l'environnement John Baird vise à contraindre les industries à réduire de 20% leurs émissions de gaz à effet de serre (GES) d'ici 2020 par rapport à leur niveau de 2006. Plus précisément, le plan a pour objectif de stabiliser les émissions de GES d`ici 3 à 5 ans, puis de les réduire de 20% d`ici 2020. Selon le ministre, les industries les plus polluantes, responsables de 52% des émissions, devront réduire leurs émissions de 18% d`ici 2010 par rapport à leur niveau de 2006. Les réductions seront ensuite de 2% par an, pour arriver à 26% en 2015.

Cet objectif est jugé beaucoup trop timide par les écologistes et l'opposition, qui estiment que prendre 2006 comme année de base pour le calcul des réductions au lieu de 1990, l'année de base internationalement reconnue, change complètement la donne. «Réduire les émissions de 20% par rapport à 2006 va nous laisser en 2020 avec des émissions supérieures de 5% au niveau de 1990 et de 11% au-dessus de l'objectif de Kyoto, donc avec un retard de 10 ans sur l'échéancier de Kyoto», a déclaré Matthew Bramley de l'Institut de recherche écologique Pembina. «Cela veut dire dans les faits que le Canada se retire du protocole de Kyoto», a renchéri John Bennett de l'ONG Climate for change. En vertu du protocole, le Canada aurait dû réduire de 6% d'ici 2012 ses émissions de GES par rapport à leur niveau de 1990, alors que celles-ci ont au contraire augmenté de quelque 30%.




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus