Le café efficace contre le cancer de l’utérus

Le 30 novembre 2011 par Romain Loury
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Le café réduit le risque de cancer du corps utérin, un effet qui ne semble pas lié à la caféine, selon une étude publiée dans la revue Cancer Epidemiology, Biomarkers & Prevention.
 
Selon d’autres travaux, le café pourrait avoir un effet préventif contre plusieurs cancers, dont ceux de la prostate, du foie, de l’ovaire ou de la peau. Possible bienfaiteur, la caféine, qui diminuerait le taux de certaines hormones (dont l’œstradiol) impliquées dans le processus cancéreux.
 
Or selon l’étude menée par l’équipe d’Edward Giovannucci, de la Harvard School of Public Health de Boston (Massachusetts), le café semble aussi bénéfique contre le cancer du corps utérin (également appelé cancer de l’endomètre), le plus fréquent des cancers gynécologiques. Mais le rôle de la caféine n’y semble pas si certain.
Selon l’analyse menée sur la cohorte NHS (Nurses’ Health Study), qui rassemble près de 122.000 infirmière américaines suivies depuis 1976, boire plus de quatre tasses de café par jour diminuerait de 25% le risque de ce cancer par rapport au fait d’en boire au maximum une.
 
Si le rôle de la caféine n’est pas assuré, selon les chercheurs, c’est parce que le café décaféiné avait à peu près le même effet. En boire plus de deux tasses par jour (très peu de femmes en prenaient plus de quatre) diminue en effet le risque de 22% [1]. Tandis que le thé, qui contient de la caféine, n’avait aucun effet.
 
Autant de résultats qui suggèrent l’effet d’autres composants dans l’effet anticancéreux. Parmi ceux-ci figurent l’acide chlorogénique, à l’action anti-oxydante, et donc potentiel protecteur de l’ADN contre les mutations. Ce qui pourrait expliquer pourquoi l’effet préventif du café était plus marqué en cas de stress oxydant plus important, chez les femmes obèses, ménopausées ou fumeuses. Un café certes préventif contre le cancer, mais toujours aussi néfaste au niveau cardiaque…
 
[1] Ce chiffre n’atteint pas la significativité statistique, il ne peut donc être considéré que comme une tendance incertaine.


Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus