Le cadeau de Noël de Trudeau aux pétroliers

Le 30 novembre 2016 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
L'oléoduc trans Mountain relie l'Alberta à Vancouver
L'oléoduc trans Mountain relie l'Alberta à Vancouver

Le Premier ministre canadien Justin Trudeau a donné son feu vert, le 29 novembre, à la modernisation de deux oléoducs reliant la province de l’Alberta à la côte Pacifique, mais a rejeté le projet de Northern Gateway.

C’est officiel. Sans surprise, la société Kinder Morgan va pouvoir tripler la capacité du pipeline Trans Mountain, construit en 1953, qui rejoint l’Alberta à la banlieue de Vancouver (Colombie-Britannique) sur 1.100 kilomètres. L’oléoduc pourra désormais transporter 890.000 barils par jour, contre 300.000 aujourd’hui. Un investissement évalué à 4,8 milliards d’euros, contesté depuis le début par la ville de Vancouver et la province de Colombie-Britannique.

Justin Trudeau avait annoncé, le 7 novembre, un plan de prévention des pollutions maritimes financé à hauteur d’1 Md€ sur 5 ans. Ce qui laissait entendre qu’il allait donner son accord à l’agrandissement de Trans Mountain, selon les associations environnementales.

 

Agrandissement de Line 3

De son côté, la société Enbridge est autorisée à quasiment doubler la capacité de la partie canadienne de l’oléoduc Line 3, reliant l’Alberta et le Wisconsin (Etats-Unis) depuis les années 1960. Celle-ci devrait atteindre 760.000 barils par jour, contre 390.000 aujourd’hui.

Ces décisions reviennent à augmenter d’environ un million de barils par jour le volume exportable de pétrole issu des sables bitumineux. Selon le ministère fédéral de l’environnement, cela devrait accroître les émissions annuelles de gaz à effet de serre du Canada de 23 à 28 millions de tonnes équivalent CO2. Ce qui ne sera pas compensé par l’arrêt des centrales au charbon d’ici 2030 (cf. encadré).

Du charbon malgré tout
Une semaine après avoir annoncé la fermeture des centrales au charbon d’ici 2030, le gouvernement canadien renie déjà son engagement. Selon un accord passé avec la province de la Saskatchewan (Sud-ouest), celle-ci pourra continuer à utiliser du charbon après cette date-butoir à condition de compenser ses émissions de GES.

 

En revanche, le Premier ministre a décidé d’apposer son veto au projet Northern Gateway, porté par Enbridge, qui visait à transporter du pétrole sur la côte Ouest. La construction de cet oléoduc de 1.177 km de long a été repoussée au nom de la protection de l’environnement, car il aurait traversé le parc naturel protégé de la forêt du Grand Ours. La Cour d’appel fédérale du Canada avait d’ailleurs annulé, en avril dernier, l’accord du gouvernement. Une façon de faire passer la pilule des deux autres oléoducs?

 

Engagements contraires

L’opposition de gauche ainsi que les écologistes ont aussitôt accusé Justin Trudeau de renier ses engagements pris lors de l’Accord de Paris en décembre 2015. Sans oublier que le Canada a promis, il y a 8 jours, de réduire de 80% ses émissions de GES entre 2005 et 2050.

 «Nous devrions financer les projets de transition vers les énergies renouvelables plutôt que de soutenir des projets d’infrastructures dépassées qui nous enfermeront pendant des années encore dans la spirale climato-destructrice des énergies fossiles», a réagi de son côté la fondation David Suzuki dans un communiqué.

Pour sa part, Greenpeace Canada promet que les tranchées ne seront jamais creusées. «Nous allons engager des recours judiciaires, organiser des manifestations et des actions directes pacifiques pour nous assurer que les promesses des gouvernements seront tenues», a affirmé le 29 novembre Patrick Bonin, responsable de la campagne Climat Energie. Un message aussitôt appliqué à la lettre, avec un premier rassemblement organisé ce 30 novembre au matin devant le bureau du Premier ministre à Montréal.

 

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus